Flux RSS

Monsieur Origami de Jean-Marc Ceci

Publié le

En ce samedi, je vais vous présenter un roman de la rentrée littéraire 2016, à savoir Monsieur Origami de Jean-Marc Ceci. C’est parti pour le pliage !

monsieur-origami-jean-marc-ceciEdition lue :
Éditeur : Gallimard
Publié le : 25 août 2016
Nombre de pages : 168
Prix : 15,00€

Monsieur Origami est un (très) court roman qui nous présente Maître Kurogiku, surnommé Monsieur Origami par les gens qui l’entourent. Kurogiku vit dans une ruine en Italie, après avoir quitté le Japon à l’âge de 20 ans pour retrouver une femme italienne qu’il n’avait qu’aperçue quelques secondes dans son pays. Il fabrique et vend du washi, le papier japonais traditionnel utilisé pour faire de l’origami, la passion de sa vie. Il a aujourd’hui soixante ans et n’a pas retrouvé cette femme, et vit toujours seul en Italie, jusqu’au jour où un jeune homme, Casparo, souhaitant fabriquer une montre complexe, va toquer à sa porte pour lui demander s’il peut loger chez lui.

« L’art de l’origami est un art aux règles simples. L’art de l’origami consiste à prendre une feuille de papier. Puis à la plier. »

Kurogiku va un peu s’ouvrir à Casparo et leurs conversations vont être remplies de silences, d’interrogations plus ou moins philosophiques. Il s’agit d’une lecture apaisante et globalement intéressante, puisque j’ai appris des choses sur la fabrication de ce papier si particulier et sur l’histoire de l’origami. C’est un roman à l’âme japonaise, dans le sens où la méditation a une part importante dans la vie de Kurogiku, qui pratique aussi le zazen, et les conversations des personnages n’en disent pas beaucoup et laissent une grande place à la réflexion. Même si l’esprit japonais est là, je n’ai pas été particulièrement touché par ce roman, bien trop court à mon sens, mais aussi bien trop vide. Je comprends ce que l’auteur a tenté de faire, c’est même plutôt audacieux, mais, même si c’était une lecture plutôt plaisante, j’ai eu l’impression d’être passé à côté de ce roman, moi qui suis pourtant sensible à ce genre d’écritures. Dommage.

« Un jour ou l’autre, je la retrouverai. Dans cette vie ou dans une autre. Je retrouverai la femme qui m’a fait venir ici. »

Un court roman qui tentera de vous faire pénétrer dans une atmosphère japonaise, où le vide et la réflexion qu’il engendrera auront une place plus importante que les phrases en elles-mêmes.

Ma note :
6

Publicités

À propos de Kevin

25 ans, passionné par le Japon !

"

  1. Bref, rien de meilleur qu’un japonais pour écrire un livre japonais… 😉

    J'aime

    Réponse
    • Il y a certains romans « Japonais » par des auteurs français qui sont très bons et retranscrivent bien l’âme de la littérature japonaise, mais là pour moi, ça ne l’a pas fait, mais j’ai aussi lu des critiques positives sur ce roman.

      J'aime

      Réponse
  2. Une parenthèse très apaisante qui invite à la méditation et au retour sur soi-même je trouve 🙂

    Aimé par 1 personne

    Réponse

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :