Flux RSS

L’homme qui avait soif de Hubert Mingarelli

Publié le

Je veux vous parler aujourd’hui d’un roman d’un écrivain français qui nous a récemment quitté, voici L’homme qui avait soif de Hubert Mingarelli.


Edition lue :
Éditeur : J’ai lu
Publié le : 4 mars 2015
Grand format publié le : 3 janvier 2014
Nombre de pages : 160
Prix : 6,40€

Ce roman se situe au Japon en 1946, pendant l’occupation américaine. Hisao a été récemment démobilisé et, alors qu’il était en route vers la femme qu’il aime, il descend du train pour boire. Il a en effet une soif terrible et n’a pas pu résister. Le train s’en va, en emportant loin de lui sa valise qui contenait l’oeuf de Jade qu’il avait prévu d’offrir à cette femme. Il va donc essayer de suivre le train pour retrouver sa valise, en rencontrant sur son chemin divers personnages et en se remémorant la bataille de Peleliu et son ami Takeshi, mort à ses côtés.

« Le train s’en allait lentement et sans remède avec la valise et le cadeau pour Shigeko, l’œuf en jade roulé dans le papier rouge et protégé par son caleçon en laine. »

Les romans dans un contexte de guerre ne sont généralement pas mon fort, mais je dois dire que j’ai beaucoup apprécié cette lecture. Le présent et la soif qui obsède Hisao résonnent avec les rêves qu’il fait toutes les nuits sur cette bataille qu’il a combattu avec un réel ami à ses côtés. On en vient également à espérer qu’il arrive à retrouver sa valise, qui est tout ce qui compte pour lui. Il semble avoir perdu beaucoup et ne vit que pour retrouver ce précieux cadeau qu’il veut faire à sa bien-aimée, pour tenter de retrouver une vie normale, sans peur ni horreurs au quotidien.

« En buvant, la vie était revenue, et avec elle comme à chaque fois le souffle amer de la réalité. »

Même si on a beaucoup de détails sur ce qu’il s’est passé à Peleliu, je dirais pourtant que les thème principaux de ce roman sont l’amitié et la solidarité. Takeshi, l’homme aux côtés duquel il a vécu ces horreurs, était important pour lui et Hisao est réellement bouleversé par sa mort. Il se remémore notamment Takeshi lui chantant une chanson tous les soirs pour l’aider à s’endormir. Et la solidarité apparaît via les personnages qu’Hisao va rencontrer sur son chemin pour retrouver sa valise. Des rencontres souvent marquantes avec des personnes qui vont pour la plupart aider cet homme totalement déboussolé.

Un roman qui désaltérera votre soif de lecture grâce à son histoire, et encore plus grâce à la plume de l’auteur.

Ma note :

À propos de Kevin

Living the dream in Tokyo!

Une réponse "

  1. J’ai aussi beaucoup aimé cette lecture et cet auteur.
    Je me permets de déposer mon lien : https://pativore.wordpress.com/2020/02/09/lhomme-qui-avait-soif-d-hubert-mingarelli/

    Aimé par 1 personne

    Réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :