Flux RSS

Archives d’Auteur: Kevin

La Femme qui dort de Natsuki Ikezawa

Publié le

Vous le savez, j’aime les nouvelles, particulièrement japonaises. Je vais vous parler aujourd’hui de La Femme qui dort, un recueil de nouvelles d’un auteur dont je n’ai pas encore parlé sur le blog, Natsuki Ikezawa.

Edition lue :
Éditeur : Philippe Picquier
Publié en grand format en : Mai 2009
Publié en format poche : Mars 2014
Traduction : Corinne Quentin
Publié au Japon en : 2007
Nombre de pages : 144
Prix : 6€

Ce recueil contient trois nouvelles, mais la dernière nouvelle éponyme ne m’a pas réellement plu, donc je vais me concentrer sur les deux premières. Les origines de N’kunre nous emmène au Brésil. Sebastiano va prendre la fuite après avoir tué sa femme qui le trompait régulièrement. Il va rencontrer le peuple des Desertores qui vivent cachés dans la montagne. Ils ont un secret pour vivre en harmonie : dès que la colère monte chez l’un des leurs, ils se soufflent à l’oreille le N’kunre, une sorte d’incantation qui calme les esprits. Une nouvelle que j’ai beaucoup appréciée, puisque l’auteur va tout au bout de son concept et la fin est très réussie, ce qui n’est pas toujours le cas avec les nouvelles japonaises qui préfèrent souvent laisser les choses dans un flou parfois frustrant.

« Les désirs étaient source de souffrance et N’kunre en libérait. »

Dans Mieux encore que les fleurs, nous partons pour Okinawa. Un stagiaire dans un hôpital va vivre une aventure d’une dizaine de jours avec une médecin génraliste plus âgée que lui. Cela va être une relation passionnée, jusqu’à ce que cette femme rompe. Elle va le rencontacter en lui disant qu’elle a trouvé leur relation étrange et elle va découvrir qu’elle a peut-être été possédée par l’esprit d’une femme décédée tragiquement à cause d’un amour impossible… Une nouvelle surprenante que j’ai pris beaucoup de plaisir à lire. J’aime beaucoup tout ce qui est un peu surnaturel, surtout quand c’est bien fait comme ici. On découvre un peu le folklore des île Ryûkyû, avec notamment les Yuta, ces personnes capables de communiquer avec les esprits.

Un recueil qui nous fait beaucoup voyager avec des histoires vraiment intéressantes à suivre, et qui nous transportent dans des univers où la logique n’est pas forcément une chose sur laquelle l’on souhaite s’appuyer.

Ma note :

Comaujapon de retour !

Publié le

Bonjour à tous !

Oui, je sais, cela fait un peu plus d’un an qu’il n’y a pas eu de mise à jour sur ce blog, ni sur les réseaux sociaux.

Mais je compte bien réparer cela ! Jusqu’à présent, j’avais l’habitude de poster un article par semaine, mais ne lisant plus que très peu et n’ayant pas énormément de temps à disposition, je prévois de publier des articles sur des livres en relation avec le japonais ou d’auteurs japonais uniquement lorsque le temps et l’envie seront présents ! Ne vous attendez donc pas au même rythme qu’il y a quelques mois/années (désolé).

Je suis tout de même très heureux de redémarrer cette aventure, et j’espère que vous serez tous au rendez-vous !

A très vite sur Comaujapon pour de nouvelles lectures !

Kevin

Les Fruits de Shinjuku de Ryûji Morita

Publié le
Je vous présente un beau petit livre aujourd’hui, qui contient une nouvelle illustrée. Êtes-vous prêts à goûter Les Fruits de Shinjuku de Ryûji Morita ?
Edition lue :
Éditeur : Philippe Picquier
Publié en : Novembre 2012
Traduction : Corinne Quentin
Illustrations : Amandine Grandcolas
Nombre de pages : 96
Prix : 13,00€

Dans cette nouvelle illustrée, publiée avec d’autres nouvelles d’auteurs japonais dans le recueil Tokyo Électrique, on passe la journée avec deux jeunes un peu désabusés. De l’appartement où ils se trouvent au début de la nouvelle, ils photographient Maria, une jeune prostituée qui travaille dans l’établissement d’en face. Ils vont ensuite la rencontrer par hasard et vont l’aborder et passer la journée avec elle dans le quartier chaud de Shinjuku.

J’ai beaucoup apprécié relire cette nouvelle, puisque les illustrations donnent une autre dimension à cette histoire. On alterne des dessins couleur en pleine page et des petites cases en noir et blanc, et cela permet de passer nous aussi la journée avec Maria et ces deux garçons qui sont intrigués par la très jeune femme.

Un réel plaisir de découvrir cette nouvelle dans ce format, il est rare d’avoir des ouvrages japonais illustrés, et c’est une initiative à souligner et à encourager !

Ma note :

L’Enfant du Tsunami d’Eva Kopp

Publié le

Après un excellent recueil de nouvelles dont j’ai parlé ici sur le blog, je vous présente aujourd’hui le premier roman d’Eva Kopp : L’Enfant du Tsunami.

Edition lue :
Éditeur : Pierre Philippe
Publié le :2 juin 2018
Nombre de pages : 175
Prix : 18,00€ / 3,99€ en numérique

Dans ce roman, on commence par faire la connaissance de Junko un 11 mars 2011. D’autres personnages vont suivre et tous ont vu leur vie changer après le séisme, le tsunami et la catastrophe de Fukushima. On rencontre donc Achille et Maïwen, un couple parisien qui va recueillir leur neveu dont les parents sont décédés lors de ce drame, ou encore un champion de patinage artistique qui y a survécu ou un pompier qui a secouru des personnes à cette occasion. On suit le destin de ces personnages en observant l’évolution de la situation, de ceux qui sont restés à Fukushima, des employés de Tepco qui sacrifient leur vie, de ceux qui s’en sont éloignés même si cela ne reste qu’un éloignement géographique…

« La cloche sonne. La vague arrive. La cloche sonne. La vague est proche. La cloche sonne. La vague dévore le port d’Ōtsuchi. La cloche sonne. »

Ce roman ne m’a pas laissé indifférent. Il est plaisant à lire, écrit d’une plume qui convient parfaitement à la situation. J’ai beaucoup aimé le principe des personnages qui, bien qu’ils mènent des vies très différentes, sont tous connectés par ce terrible événement. On voit également comment les choses évoluent au fil des jours, des semaines, des mois, et des années, sans qu’aucun détail ne nous soit épargné, sans filtre. Gros coup de coeur pour la fin également qui est très touchante, même si l’on n’a pas envie que cela s’arrête et que l’on souhaite continuer à suivre la vie de ces personnages que l’on a appris à connaître.

« J’ai l’impression qu’avant, nous étions insouciants, mais nous ne le savions pas. »

Un roman qui nous fait vivre cette catastrophe qui a bouleversé tout un pays. On suit des personnages qui tentent de reprendre leur vie là où les vagues l’ont laissé, des personnages qui ne seront plus jamais les mêmes. 

Ma note :

On se retrouve en septembre !

Publié le

Bonjour à tous !

Vous l’avez sûrement remarqué, je n’ai pas réussi à tenir le rythme d’un article par semaine depuis juillet.

J’ai eu en effet un été chargé (et cet été est particulièrement terrible au Japon), avec le travail, un déménagement, la préparation d’un retour en France pour quelques jours… et j’ai donc eu moins de temps pour lire.

Je vous propose donc de se retrouver en septembre, avec un nouvel article chaque dimanche.

Passez une belle fin d’été et à très vite !

Futon de Katai Tayama

Publié le
Après une petite absence de deux semaines, Comaujapon est de retour ! Cette fois-ci, je vous présente Futon de Katai Tayama.

Edition lue :
Éditeur : Editions du Rocher
Publié en : Avril 2000
Publié au Japon en : 1907
Nombre de pages : 168

Futon est le roman le plus célèbre de Katai Tayama et il est ici présenté avec deux nouvelles. Dans Futon, on va suivre Tokio, qui éprouve de l’amour pour sa jeune élève Yoshiko. Il est marié et père de famille, et ses sentiments pour Yoshiko vont encore plus se développer lorsque celle-ci va vivre avec Tokio et sa femme pour pouvoir suivre la formation de son maître. Mais lorsque Yoshiko va rencontrer un garçon de son âge avec qui elle envisage une relation sérieuse, Tokio va sombrer dans une tristesse sourde.

« Les jeunes étaient toujours les mêmes, mais leur façon de définir l’amour, de parler de littérature ou de discuter de politique était radicalement différente, et il lui semblait qu’il ne pourrait les suivre éternellement. »

Je dois dire que j’ai beaucoup apprécié ce texte de Katai Tayama, un auteur que je connaissais pas. La préface est intéressante et permet d’en apprendre un peu plus sur lui et sur ses influences, celle de Maupassant notamment. Futon est un texte vraiment intéressant, puisqu’en plus des tourments de cet homme marié, on est au début du XXème siècle, dans la société japonaise qui progresse de jour en jour. Le trouble de Tokio, qui se transforme en désespoir au fur et à mesure qu’il voit la fille qu’il aime s’éloigner de lui est aussi un élément qui m’a fait beaucoup apprécier ce roman.

« Qui ne se sentirait ému de s’entendre appeler « Maître ! Maître ! », et de se voir admiré à l’égal d’un des grands de ce monde par cette ravissante élève aux façons si modernes ! »

Le roman est suivi de deux nouvelles. La première, Un soldat, nous présente, comme son nom l’indique, un soldat, blessé, qui est en route pour retrouver son régiment. J’ai beaucoup de mal avec les textes sur la guerre, donc ça n’a pas vraiment été une lecture plaisante pour moi. La seconde nouvelle, Une botte d’oignons, est aussi plutôt difficile à lire, puisqu’on suit O-saku, une jeune fille infortunée qui vit avec son oncle et qui a une vie misérable, qui ne va pas s’arranger au fil des pages…

« Il faut que les nouvelles femmes du Japon pensent et agissent par elles-mêmes. »

Un livre qui nous offre une intéressante approche de Katai Tayama, un auteur que j’ai encore plus envie de découvrir désormais.

Ma note :

Fuki-no-tô d’Aki Shimazaki

Publié le

Chaque année, on est nombreux à attendre la sortie de son nouveau roman en France avec impatience. Voici le petit dernier d’Aki Shimazaki, Fuki-no-tô.

Edition lue :
Éditeur : Leméac/Actes Sud
Publié en : 6 septembre 2017 (Canada) / 4 avril 2018 (France)
Nombre de pages : 152
Prix : 15,00€

Atsuko a quitté Nagoya avec son mari pour aller travailler dans une petite ferme à la campagne. Son mari, Mitsuo, dont on a fait la connaissance dans Azami, va décider de rejoindre sa femme et fonder sa propre revue, pour sauver leur famille après qu’il ait trompé sa femme. Atsuko va chercher une secrétaire pour l’aider dans sa ferme – et elle va tomber sur Fukiko, une fille qu’elle a rencontrée lorsqu’elle était au lycée. Entre ces deux femmes, l’histoire n’était pas terminée et Atsuko va se retrouver attirée par sa secrétaire.

« Je pense sans cesse à Fukiko. Mon cœur bat. Qu’est-ce qui se passe en moi ? »

J’ai trouvé ce roman plutôt différent des autres d’Aki Shimazaki, mais il m’a tout de même beaucoup plu. On explore ici les sentiments complexes d’une femme mariée, sans tabou. On ne parle pas souvent d’homosexualité dans la littérature japonaise, et je trouve que le sujet est sublimement traité ici. C’est l’amour qui est au cœur de ce roman, un amour qui fait renaître des sentiments que ces deux femmes ont pu connaître dans leur adolescence, et dont la flamme ne s’était clairement pas éteinte.

« En fait, ce qui me dérange, ce n’est pas ce que les gens pensent de nous. C’est le fait que je m’éprends de plus en plus de cette femme à côté de moi. »

Le dernier roman en date d’Aki Shimazaki qui nous transporte dans le cœur des femmes, et plus particulièrement de deux femmes qui vont se redécouvrir des sentiments l’une pour l’autre, après s’être perdues de vue pendant des années. Beau et touchant.

Ma note :

Le convoi de l’eau d’Akira Yoshimura

Publié le

Je vous présente aujourd’hui un roman d’Akira Yoshimura, profond comme il sait si bien les faire : Le convoi de l’eau.

Edition lue :
Éditeur : Actes Sud
Publié en : Mai 2011
Grand format publié en : Janvier 2009
Traduction :
 Yutaka Makino
Publié au Japon entre : 1967
Nombre de pages : 176
Prix : 6,60€

Notre narrateur est ouvrier travaillant sur la construction d’un barrage à côté d’un village perdu en montagne. Il a choisi ce travail pour une seule raison : fuir son passé, dans un endroit reclus. On comprend vite ce qu’il fuit. Il a en effet fait de la prison et garde sur lui les os des orteils de sa femme, qu’il a tuée à coups de bûche parce qu’elle l’avait trompé. Il se remémore le passé, son acte terrible, la prison, sa sortie de prison – et son histoire et son ressenti vont peu à peu entrer en résonance avec les habitants du village qui vont bientôt devoir être délogés.

« En somme, la mort est une réalité prise en compte dès le début. Ceux qui travaillent dans un tel contexte semblent s’efforcer de devenir insensibles à la mort d’autrui. »

Le début est très lent, et j’ai failli décrocher, jusqu’à être vraiment intéressé par l’histoire qui se déroulait. Les ouvriers ont du mal à comprendre les villageois si particuliers qui ont décidé de vivre en dehors de la société, mais c’est surtout l’histoire de cet homme qui a fait une chose ignoble qui m’a intéressé. La raison de son exil, la façon dont il perçoit et comprend les villageois lorsque ceux-ci sont obligés de quitter l’endroit où ils vivent depuis des générations et des générations.

« Je croyais qu’il y avait tapi au fond de moi quelque chose de mystérieux que je ne pouvais absolument pas contrôler. Une fois que la violence s’emparait de moi, elle s’exacerbait sans que je puisse l’arrêter, pour éclater soudain comme si une digue se rompait. »

Un roman vraiment intéressant sur un homme qui essaie de fuir la société et qui va voir enfin le jour grâce à des villageois au comportement incompréhensible au premier abord.

Ma note :

Manuscrit zéro de Yôko Ogawa

Publié le

Poursuivons l’exploration de l’oeuvre de Yôko Ogawa avec Manuscrit zéro, un livre bien particulier qui m’a totalement séduit.

Edition lue :
Éditeur : Actes Sud
Publié en : Avril 2011
Traduction : Rose-Marie Makino-Fayolle
Publié au Japon en : 2010
Nombre de pages : 240
Prix : 21,30€

Manuscrit zéro est un livre particulier. Ce n’est pas un roman, ce n’est pas réellement un recueil de nouvelles – c’est un journal. Un journal que tient Yôko Ogawa, même s’il semble être en grande partie tout droit sorti de son imagination. Elle insère ainsi, comme elle sait si bien le faire, des éléments parfois surnaturels ou irréalistes dans ce journal de bord d’une écrivaine à la recherche de l’inspiration. On la suit ainsi durant ses journées bien particulière, où elle va manger de la mousse végétale dans une auberge, assister à des fêtes sportives d’écoles avec lesquelles elle n’a aucun lien, attendre qu’on la dénonce pour plagiat ou encore exercer son activité de « conférencière des grandes lignes ».

« Si je sais que quelque part dans le monde quelqu’un demande des grandes lignes, je ne peux pas le laisser. »

En commençant ce livre, je ne savais pas à quoi m’attendre – je pensais en fait qu’il s’agissait d’un roman. J’ai de suite adoré ce que je pensais être le premier chapitre. Et lorsque j’ai compris qu’il s’agissait en réalité d’un vrai-faux carnet de bord de Yôko Ogawa, j’en ai été plus que ravi (même si un peu déçu de ne pas pouvoir lire plus en détails cette première histoire). Et pour tout vous dire : c’est devenu mon livre préféré de cette auteure. J’ai notamment adoré lorsqu’elle nous dévoile sa passion (imaginée ou non – mais cela ne m’étonnerait pas que ce soit bien réel) pour se comporter comme la mère d’un enfant lors de plusieurs fêtes sportives auxquelles elle va… La manière dont c’est raconté, la motivation (ressentir l’ambiance de ces événéments) et la frayeur (quand des écoles contrôlent l’entrée pour ne laisser passer que les parents) qu’elle décrit sont juste génialissimes.

« Dans les fêtes sportives, au sumô des pleurs d’enfants et dans la salle des nouveau-nés, une petite cavité était réservée aux gens comme moi. »

Elle nous présente donc des éléments totalement improbables (manger de la mousse, publier un roman avant de se rendre compte que c’est la copie exacte d’un roman d’un autre auteur, avoir un employé de mairie chargé de l’amélioration de la vie qui vient la voir tous les mois, se retrouver dans un centre de soins avec des noms de bains farfelus…) dans un contexte si intime que je me suis franchement posé plusieurs fois la question de savoir si les éléments irréels étaient en fait réels. Jusqu’à me dire que pour Yôko Ogawa, ils étaient peut-être bien réels, tant son imagination semble avoir une place importante dans son quotidien. Et voilà, le résultat était vraiment passionnant pour moi et réalisé avec beaucoup de talent.

Un vrai-faux journal dont la frontière entre le réel et l’imaginaire est floue – et c’est ça qui en fait toute la force. Yôko Ogawa nous mène par le bout du nez dans l’endroit où, semble-t-il, elle trouve l’inspiration pour ses écrits. Et c’est grandiose.

Ma note :

Le séjour à Kinosaki de Naoya Shiga

Publié le

Je vous présente aujourd’hui un auteur que je n’ai pas encore évoqué sur ce blog, avec l’un de ses textes les plus populaires : voici Le séjour à Kinosaki de Naoya Shiga.

Edition lue :
Éditeur : Editions Arfuyen
Publié en : 1996
Traduction par : Pascal Hervieu et Alain Gouvret
Édition originale en japonais : 1913, 1918
Nombre de pages : 47
Prix : 7,62€

Deux nouvelles sont présentées dans ce court livre : Le séjour à Kinosaki, qui est décrit comme un texte important dans l’oeuvre de Naoya Shiga, et Le Crime de Han, écrit quelques années plus tôt. Le séjour à Kinosaki est, comme son nom l’indique, écrit à Kinosaki, après que l’auteur ait été renversé par un train. Il passe donc sa convalescence à Kinosaki, un endroit réputé pour ses bains thermaux, les onsen. Et c’est une sorte de journal sur ce qu’il fait (pas grand chose) et ce qu’il voit (pas grand chose à part des animaux : une guêpe, un rat, une salamandre…). J’ai eu du mal à y trouver un intérêt.

« Être en vie, être mort n’étaient pas deux choses contraires. J’avais le sentiment qu’il n’y avait pas là une bien grande différence. »

On enchaîne avec Le Crime de Han, qui est un peu plus intéressante comme nouvelle. Lors d’un numéro de lancer de couteaux devant 300 personnes, le lanceur rate sa cible et tue -accidentellement ou non, c’est là tout l’objet de cette nouvelle- sa femme. On en apprend un peu plus sur les relations chaotiques qu’il entretenait avec celle-ci et on cherche nous aussi à savoir si son geste a été volontaire ou non… J’ai été pris dans cette nouvelle, mais elle se finit malheureusement bien trop vite et en perd un peu son intérêt. Ces deux nouvelles sont suivis de trois hommages par trois écrivains : Junichiro Tanizaki, Hideo Kobayashi et Ito Sei, qui vantent les mérites de Naoya Shiga, mais ne partageant pas leur excitation, là encore, j’ai été un peu laissé de côté…

« Un événement singulier s’est produit sur la scène du théâtre. Au beau milieu du spectacle, un jeune jongleur chinois nommé Han a tranché la gorge de sa femme avec un de ses larges couteaux de jet. »

Deux nouvelles trop courtes, même si la seconde a un réel potentiel. Une lecture aussi vite lue qu’oubliée, et c’est bien dommage pour une première approche avec cet auteur.

Ma note :

%d blogueurs aiment cette page :