Flux RSS

Archives de Catégorie: DAZAI Osamu

Le Mont Crépitant d’Osamu Dazai

Publié le

Quelques histoires d’un écrivain qui me plaît de plus en plus : voici Le Mont Crépitant d’Osamu Dazai !

Edition lue :
Éditeur : Philippe Picquier
Publié en grand format en : Octobre 1997 (sous le titre « Les Deux Bossus »)
Publié en format poche : Juin 2009
Traduction : Silvain Chupin
Publié au Japon en : 1945
Nombre de pages : 176
Prix : 6,60€

Dazai Osamu revisite ici des contes populaires japonais, racontés par un père à sa fille dans un abri antiaérien, qui ne va pas hésiter à y ajouter quelques touches personnelles. Je vais me consacrer sur un conte qui m’a beaucoup plu, il s’agit de Monsieur Urashima. Il se base sur le célèbre conte Urashima Tarô, un jeune pêcheur qui va suivre une tortue (avec qui il aura des dialogues hilarants) et avec qui il va se retrouver dans le légendaire palais du dragon, au fond de l’océan. Il va notamment rencontrer Otohime, ce personnage mythologique qui va lui offrir un mystérieux coquillage…

« C’est ça, la vie au palais du Dragon : se nourrir d’algues, s’enivrer de pétales de fleurs, se désaltérer de cerises, charmer ses oreilles au son du koto d’Otohima et contempler les danses pareilles à des tempêtes de fleurs qu’exécutent les petits poissons. »

Ce conte est tout simplement excellent. Amusant, conté de façon originale, et le père le lisant à sa fille en tire un conclusion différente de celle qui est généralement attribuée à ce conte populaire. Une écriture vraiment agréable et belle, pour une histoire qui m’a tout simplement passionné. Et c’est ce sentiment que j’ai gardé tout au long de la lecture de ce recueil, c’était un excellent moment de lecture, drôle, on en apprend plus sur certains contes, avec des ajouts du père, qui n’hésite pas à monologuer sur des sujets triviaux. Les dialogues sont notamment l’un des grands points forts de ce recueil !

« Le lapin du conte du Mont Crépitant est une jeune fille, et le raton, qui essuie ces lamentables avanies, un homme repoussant, épris d’elle. »

Un recueil de contes populaires qui nous fait voyager et nous emmène dans un petit cocon hors du temps. Je n’ai qu’une envie : me plonger encore plus dans l’oeuvre d’Osamu Dazai !

Ma note :

La Femme de Villon d’Osamu Dazai

Publié le

Il est temps de vous parler aujourd’hui d’une nouvelle d’un grand écrivain japonais que je n’ai pas encore mentionné sur le blog : partons ensemble à la rencontre de La Femme de Villon d’Osamu Dazai.

la-femme-de-villon-osamu-dazai

Edition lue :
Éditeur : Éditions du Rocher
Publié en : Janvier 2005
Publié au Japon en : Août 1947
Nombre de pages : 65
Prix : 8,70€

Dans cette nouvelle d’une soixantaine de pages, on va rencontrer M. Ôtani, un poète à succès de 30 ans, mais qui est aussi alcoolique. Mais, comme le titre de la nouvelle l’indique, c’est sa femme qui va être au centre de cette histoire. Elle va recevoir un soir la visite d’un couple propriétaire d’un restaurant qui a suivi son mari. Ils réclament l’argent qu’il leur a volé ainsi que toutes les notes qu’il n’a pas payées quand il va boire chez eux. La femme, connaissant très bien son mari, n’est pas surprise et va réfléchir à une façon de pouvoir rembourser ce couple.

« C’est aux alentours de trente ans qu’un homme est le plus impétueux et qu’il supporte le mieux l’alcool, pourtant, à ce point-là, c’est rare. »

J’étais curieux de découvrir cette nouvelle, puisqu’Osamu Dazai m’avait ébloui avec son roman La Déchéance d’un homme. C’était une lecture plutôt plaisante, surtout grâce à la personnalité de cette femme, qui n’a que vingt-six ans et qui rend la nouvelle intéressante. Même si la nouvelle n’est pas mémorable, la vie de cette femme, et ses choix, malgré un mari qui ne la mérite pas, vont la rendre sympathique et la rendre aussi active, ce qui vaut le coup d’être souligné puisque dans la littérature japonaise, surtout à cette époque, la femme est représentée en tant qu’être passif qui doit supporter tout ce que son mari lui inflige. Ceci dit, je pense que cette nouvelle aurait pu être plus développée et devenir un roman. Il est rare que je pense cela des nouvelles, en général, elles sont courtes pour une raison, mais là, j’aurais adoré en découvrir plus sur cette femme et son histoire.

Une nouvelle qui se lit plutôt bien et qui est intéressante grâce à cette jeune femme, qui ne va pas se laisser abattre par le caractère de son mari et qui va trouver une façon à elle de lui venir en aide… ou de trouver le bonheur.

Ma note :
6

%d blogueurs aiment cette page :