Flux RSS

Archives de Catégorie: IMAMURA Natsuko

La femme à la jupe violette de Natsuko Imamura

Publié le

C’est le premier roman traduit en français de Natsuko Imamura dont je vais vous parler aujourd’hui : voici La femme à la jupe violette.

femme-jupe-violette-natsuko-imamura

Détails :
Éditeur : Mercure de France
Publié en : Avril 2022
Traduction : Mathilde Tamae-Bouhon
Publié au Japon en : Juin 2019
Nombre de pages : 128
Prix : 15,80€

L’histoire est simple : nous suivons notre narratrice, qui s’auto-proclame « la femme au cardigan jaune », qui suit la mystérieuse « femme à la jupe violette ». Il semblerait même qu’elle ne vit que pour elle : sans lui adresser la parole, elle va la suivre partout où elle va, va tenter de connaître son emploi du temps par coeur, va -toujours sans lui parler- tenter de la faire postuler là où elle travaille, en bref; la « femme à la jupe violette », c’est son obsession.

« La femme à la jupe violette se déplace avec une aisance telle que je peux comprendre ce qui pousse certains excentriques à tenter de la bousculer. À vrai dire, j’en fais partie, moi aussi. Et j’ai échoué, au même titre que tous les autres. »

Notons tout d’abord que ce roman a décroché récemment le prestigieux Prix Akutagawa, ce qui lui vaut sa parution en français. Il arrive très souvent que les romans ayant remporté ce prix reçoivent un accueil difficile chez nous, souvent parce qu’ils sont très japonais, ne font pas toujours sens après être traduits, et pas tous forcément bons. Cette fois encore, c’est un roman typiquement japonais qui peut sembler farfelu à ceux qui n’ont pas beaucoup d’expérience avec la littérature japonaise – mais je l’ai adoré.

« J’aimerais devenir amie avec la femme à la jupe violette. Mais comment ? Alors que je me laisse aller à ces pensées, le temps file, inexorable. »

C’est en effet amusant, et assez loufoque ce qu’il se passe dans ce roman. Notre narratrice développe cette passion malsaine pour une femme qu’elle nous décrit comme quelqu’un que tout le monde observe du coin de l’oeil. Certes, elle semble être populaire chez les enfants, mais c’est clairement notre narratrice qui décroche la palme : elle en oublie même sa propre vie, et va se concentrer sur sa mission principale qui est de connaître tous les faits et gestes de cette femme. Et c’est tellement bien fait, on la suit même devenir la collègue de notre narratrice… On se demande jusqu’où notre narratrice va aller pour s’immiscer dans la vie de la femme à la jupe violette, jusqu’à la fin du roman que j’ai beaucoup appréciée !

Un très bon moment de lecture sur une femme se concentrant sur la vie d’une autre… jusqu’à en oublier la sienne ! Un roman typiquement japonais, pour notre plus grand plaisir.

Ma note :

Publicité
%d blogueurs aiment cette page :