Flux RSS

Archives de Catégorie: KOMATSU Sakyo

La Submersion du Japon de Sakyo Komatsu

Publié le

Je vais vous parler d’un roman très dur : il s’agit de La Submersion du Japon de Sakyo Komatsu. Il s’agit d’un roman vraiment bouleversant et plutôt effrayant, qui, comme son nom l’indique, raconte les derniers instants du Japon avant sa submersion totale. A noter que le livre date de 1973 et qu’il est donc bien antérieur aux événements du 11 mars 2011 qui ont causé la mort de nombreux de Japonais. Un point essentiel, puisque l’on a parfois l’impression que les vagues dévastatrices et les séismes qu’il décrit sont basées sur celles de l’an dernier. Et bien non, il a décrit tout cela presque 40 ans avant que cela n’arrive, espérons tout de même que la ressemblance entre cette fiction et la réalité s’arrête là.

La Submersion du Japon par Sakyo Komatsu

Edition lue :
Éditeur : Philippe Picquier
Publié en : 2000 (édition originale en japonais : 1973)
Nombre de pages : 253
Prix : 8,10€

Ce roman est réellement intéressant puisqu’il ne se contente pas de décrire une catastrophe aussi importante. En effet, la submersion totale du Japon n’a lieu que pendant les 20 dernières pages du roman. On peut lire ici tout ce qui se passe avant cette terrible submersion, notamment d’un point de vue politique. On y lit les premières découvertes, le temps qu’il reste au Japon avant de ne plus être, et aussi le dilemme auquel est confronté le Premier Ministre et son équipe : à quel moment doit-on prévenir la population si les dires de ce scientifique s’avèrent être exacts ?

On a envie de répondre « MAINTENANT », mais le roman nous montre bien la panique que cela entraînerait d’annoncer cela sans avoir réfléchi à la façon dont on pourrait sauver des Japonais, et cela sauverait moins de Japonais. On assiste à différents points de vue, dont un particulièrement japonais et très fort : « Si le Japon disparaît, je disparaîtrais avec ». Le Japon ne semble former qu’un avec ses habitants. Pourtant, le Premier Ministre va lancer un programme pour développer ces recherches et va tenter de négocier avec des dirigeants d’autres pays pour qu’ils accueillent des Japonais. La réticence de certains est terrible : Amener trop de Japonais effacerait notre propre identité. Combien sont-ils capables d’en accepter sans que cela nuise à leur pays ? Est aussi soulevé dans ce livre l’avenir des Japonais qui auront été envoyés dans d’autres pays : discrimination et sentiment de n’être nulle part chez soi.

Entre tout ça sont aussi décrits avec une précision alarmante les îles englouties, les séismes (Kyoto et surtout Tokyo, décrit de façon vraiment effrayante), les tsunamis, jusqu’à l’éruption finale du Mont Fuji, qui marque la fin du Japon. Un passage est particulièrement troublant, surtout après le séisme de magnitude 9.0 de l’année dernière : l’auteur écrit « Même le séisme le plus violent ne peut dépasser théoriquement la magnitude 8,6 « , avant d’ajouter « Peut-être n’avons-nous jamais subi de séisme plus fort que ceux de magnitude 8,6 jusqu’à aujourd’hui. Mais, dans l’avenir, quelque chose qui ne s’est jamais produit une seule fois dans le passé pourrait très bien arriver. » On ne peut ici s’empêcher de penser à ce qu’il s’est passé l’année dernière et espérer que tout n’aille pas aussi loin que ce qui est décrit dans ce terrible livre.

Le Mont Fuji au bord de l’éruption dans le film Sinking of Japan

Pour ceux que ça intéresse, un film tiré du livre est sorti en 2006 (et un plus vieux en 1973) sous le nom « Sinking of Japan ». Je l’ai vu, il y a quelques différences par rapport au livre, mais le film est, malgré les images qui sont plus violentes que des phrases, moins fataliste, donc n’hésitez pas à le regarder si vous n’osez pas vous lancer dans le roman !

Ma note :
9

 

%d blogueurs aiment cette page :