Flux RSS

Archives de Catégorie: TAKAHASHI Hiroki

Okuribi : Renvoyer les morts d’Hiroki Takahashi

Publié le

Parlons aujourd’hui d’Okuribi d’Hiroki Takahashi qui a récemment reçu le Prix Akutagawa, un grand prix littéraire japonais.

Edition lue :
Éditeur : Belfond
Publié le : 1er octobre 2020
Traduction : Miyako Slocombe
Publié au Japon en : 2018
Nombre de pages : 128
Prix : 20,00€

A cause du travail de son père, Ayumu déménage souvent, et cette fois-ci il va quitter Tokyo pour se retrouver au milieu de la campagne nippone. Nouveau décor, nouveau collège, nouveaux amis. Ils ne sont que 6 garçons en 3ème année, et il va vite comprendre la dynamique entre ses camarades, et notamment l’acharnement sur Minoru. Alors que le village se prépare à célèbre ses morts lors d’un festival, cet harcèlement va se poursuivre sous diverses formes, jusqu’à amener le groupe d’amis vers une situation effrayante le jour du festival Okuribi.

« Il comprit enfin la situation dans laquelle il se trouvait, et son coeur se mit à cogner à toute vitesse. Des gouttes de sueur froide coulaient le long de ses joues. »

Commençons par les points positifs de ce roman. C’est un roman court à l’écriture agréable. Les sujets abordés ne sont pas d’une originalité folle dans la littérature japonaise, l’harcèlement scolaire et la désertification des campagnes, mais ils sont traités d’une façon efficace et intéressante. Le roman se lit très vite et on est rapidement pris dans l’histoire, en attendant un moment décisif où tout va basculer. Parce que oui, c’est ce que nous promet le résumé de l’éditeur (qu’il vaut parfois mieux ne pas lire).

« Il n’y avait personne pour arrêter ce déchaînement de violence. »

C’est un petit coup de gueule aussi envers l’éditeur que je veux passer ici, qui décrit ce livre comme « un roman impressionnant dans la lignée de Battle Royale ». Euh ? Non. Ou alors il me manque la moitié du roman. Passons le fait qu’on est également censé être « loin des clichés ». Je sais que le sensationnalisme fait vendre, mais mentionner Battle Royale, c’est non. Ce n’est pas une critique envers le roman – c’est un bon roman de littérature japonaise, sans pour autant être incroyable -, mais ne vous attendez pas à un roman où les personnages vont s’entretuer dans un « jeu ». On est ici dans la réalité pure et dure.

Ma note :

Un court roman qui intrigue rapidement, mais qui préfère une fin abrupte à un réel développement. Dommage.

%d blogueurs aiment cette page :