Flux RSS

Archives de Tag: akihabara

Log Horizon (Tome 1) de Mamare Touno

Publié le

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un light novel que j’ai lu récemment : le premier tome de Log Horizon de Mamare Touno ! « Mais qu’est-ce qu’un light novel ? », entends-je. Et bien il s’agit tout simplement d’un roman japonais destiné à un public de jeunes adultes, souvent liée à un manga ou un anime, ou les deux (le light novel est souvent le format de départ, mais pas toujours). Maintenant que les bases sont posées, préparez vos manettes et rentrons ensemble dans le monde virtuel de Log Horizon !

log-horizon-t1-mamare-touno
Édition lue :
Éditeur : Éditions Ofelbe
Publié en : 2015 (édition originale en japonais : 2000)
Nombre de pages : 473
Prix : 19,90€

Sachez tout d’abord pour ceux que ça intéresse qu’il existe un manga et un anime de Log Horizon, qui ont été fait après cette série de light novels (qui est d’ailleurs toujours en cours au Japon). Je ne connaissais pas l’histoire avant de commencer à lire ce premier tome, qui contient en fait les deux premiers tomes japonais, et en lisant le résumé, cela me faisait penser à Sword Art Online, un classique pour ce qui est de personnages coincés dans un jeu vidéo. Et bien, Log Horizon est en fait très différent !

On suit en effet Shiroe, un très grand joueur du jeu Elder Tale. Il est au niveau maximum (90) et a une certaine réputation dans le jeu. Seulement, un jour, après une mise à jour, lui et tous les autres joueurs vont se retrouver coincés à l’intérieur du jeu. Il va retrouver Naotsugu, un ami de jeu qu’il avait aussi rencontré dans la vie réelle, un brin pervers. Ensemble, ils vont essayer de comprendre ce qui se passe, et vont vite réaliser qu’il ne semble pas y avoir de façon de retourner au monde réel et qu’ils sont bloqués dans ce monde virtuel et qu’ils vont donc devoir apprendre à y vivre, avec tout ce que ça implique : logement, nourriture, mais aussi stratégies et combats. Et sur leur route, Shiroe va retrouver et rencontrer de nouveaux alliés, comme Akatsuki, jeune fille à l’air frêle et innocent mais qui est en réalité un Assassin redoutable. Et on va donc pouvoir suivre leurs aventures dans ce double-roman !

« Cet endroit, il l’avait déjà vu, mais il n’aurait pas dû y être réellement. La seule explication qui lui venait à l’esprit : ils avaient été transportés à l’intérieur du jeu Elder Tale et leurs avatars étaient devenus leurs vrais corps. »

Première chose que j’ai aimé : le livre est vraiment beau et c’est un vrai bonheur de l’avoir dans sa bibliothèque. Les Éditions Ofelbe ont en effet réalisé un très bon travail sur ce livre, que ce soit sur les deux rabats intérieurs (de très beaux dessins et une carte bien sympathique d’Akiba), sur la mise en page, sur les illustrations qui ponctuent le texte et nous permettent de mieux imaginer certains passages, bref, c’est un livre à avoir !

Ensuite, l’originalité de Log Horizon réside dans les détails qui nous sont donnés. Il n’est pas du tout nécessaire de s’y connaître en MMORPG (je n’en ai d’ailleurs jamais joué) – et surtout l’auteur répond à toutes les questions qu’on peut se poser sur ce monde virtuel : le budget dont ils ont besoin pour dormir, pour manger, pour s’acheter des vêtements, etc… Tout le côté pratique qui est souvent laissé de côté dans d’autres séries est ici bien expliqué et rend le roman plus réaliste et plus prenant. À ce propos, j’ai aussi vraiment apprécié le décor : on se trouve en fait dans un monde très proche du Japon réel (avec pour centre le quartier d’Akihabara -Akiba pour les intimes- bien qu’il soit plus sauvage) et les voyages (pour aller à Susukino par exemple, qui se trouve au nord du Japon) deviennent ainsi réalistes et on peut se représenter facilement le trajet qu’ils ont à parcourir. Les personnages sont aussi vraiment sympathiques. Que ce soit Shiroe, Naotsugu, Akatsuki, nos trois héros principaux dotés d’une force extrême et de personnalités très attachantes, ou tous ceux qu’ils vont rencontrer, c’est un vrai bonheur de les suivre, de les voir interagir et de les voir s’acclimater à ce nouveau monde.

« Nous ignorons complètement comment faire pour revenir dans le monde d’où nous venons. Aussi cruelle et brutale que soit cette réalité, c’est désormais la nôtre. »

Et enfin, j’ai beaucoup aimé la tournure que prennent les événements. Je ne veux pas trop vous en dire non plus, mais la société n’évoluera pas d’une façon très saine, et cela touchera Shiroe, qui pourtant pense qu’il ne pourra rien faire pour l’améliorer, puisqu’il n’est qu’une joueur solo, n’appartenant à aucune guilde. À partir de là, le développement de son personnage va être très intéressant (et intelligent) et tout ce qui va se passer va être superbement mis en scène ! J’ai beaucoup adoré cette partie qui clôt ce roman.

Pour faire court, c’est une lecture agréable à plusieurs niveaux : le décor, qui est très bien expliqué, détaillé et cohérent, les personnages, attachants et parfois drôles, et l’histoire, qui va être riche en rebondissements et qui est très bien menée. Un réel plaisir de lecture, les pages se tournent toutes seules, et une fois le roman refermé on n’a qu’une hâte : que le mois de mai arrive très vite pour pouvoir lire le tome 2 !

Ma note :
8

Une nuit au mont Fuji d’Aurélie Conti

Publié le

Je vous propose aujourd’hui un roman qui vous fera voyager au Japon à coup sûr : il s’agit d’Une nuit au mont Fuji, le premier roman d’Aurélie Conti, écrit à la suite de son voyage au Pays du Soleil Levant en 2013. Votre valise est prête ? On décolle !

une-nuit-au-mont-fuji-aurelie-contiÉdition lue :
Version numérique : cliquez ici pour lire un extrait et l’acheter
Publié le : 27 décembre 2015
Nombre de pages : 91
Prix : 2,99€

« Le Mont Fuji, une montagne magique, écrêtée d’un coup de sabre par un samouraï en colère. »

Nous suivons une jeune femme, trentenaire, qui se décide à partir au Japon après en avoir rêvé pendant des années. Seule ? Oui, seule, pour pouvoir profiter pleinement de son voyage et à son propre rythme. Celle-ci va dès le départ se rendre compte de l’hospitalité et du sens du service des Japonais, toujours prêts à aider les touristes égarés, quitte à se mettre en retard. Après être arrivée à son hôtel, on suit notre narratrice dans Akihabara, qui va s’émerveiller dans ce quartier technologique, et qui va surtout flâner dans les rayons de ces grands magasins de l’électronique qui peuvent nous faire perdre la tête lorsque l’on y entre pour la première fois… Cinq jours de découverte de Tokyo et de ses alentours, comme Kamakura où se trouve un Bouddha géant et où elle sera accompagné par un mystérieux Japonais, avant de partir là où le titre nous emmène : au Mont Fuji, pour une ascension difficile, durant laquelle la narratrice connaîtra le doute, le regret, l’envie d’abandonner – mais qui éprouvera une grande fierté lorsqu’elle sera au sommet et pourra admirer ce que le Japon a de plus beau à lui offrir.

« La beauté lave de tout. Cet or naissant qui éclaire le monde efface bêtise, laideur et violence. En haut du mont Fuji brille l’espérance, plus forte que tout. »

 

Pour se ressourcer après cette épreuve, elle découvrira à Hakone les onsens, ces bains chauds japonais où aucun vêtement n’est autorisé, puis Kyoto et ses temples, Nara, avant d’être happée par le tourbillon d’Osaka. Tout en évoquant Yukio Mishima à quelques reprises, pour mon plus grand plaisir.

Le tout est décrit de façon très juste et belle, une écriture de qualité qui nous permet de nous évader très facilement dans une douce mélodie. Il y a de plus des éléments qu’ont connu tous ceux qui sont déjà partis au Japon, des situations qu’ils ont forcément dû vivre, tout comme moi, qui fait sourire et nous fait en même temps voguer nostalgiquement dans nos souvenirs. Comme je me souviens si bien du zoo d’Ueno et de ses pandas qui étaient l’attraction principale mais qui nous tournaient le dos, des daims nous suivant de près pour croquer tout papier qu’on laisserait dépasser d’une poche ou d’un sac, de l’étourdissement en sortant du onsen bien plus chaud que mon corps ne pouvait le supporter, ou encore des distributeurs ne permettant pas de retirer d’argent malgré notre carte de crédit censée être internationale !

Il s’agit, en résumé, d’un très beau récit de voyage que je conseillerai à tout le monde. À ceux qui sont déjà partis au Japon – cela leur permettra de repenser à leur séjour et à reconnaître des paysages et des situations. Mais aussi à ceux qui ne sont pas encore partis – grâce à l’écriture raffinée et les justes précisions, ce roman vous permettra vous aussi de découvrir cet étonnant pays qu’est le Japon et de vous balader dans les rues de Tokyo, Kyoto ou Osaka, ou de gravir le Mont Fuji pour les plus aventureux d’entre vous !

Ma note :
8

%d blogueurs aiment cette page :