Flux RSS

Archives de Tag: beauté

Les Délices de Tokyo de Durian Sukegawa

Publié le

Il est temps de vous parler d’un magnifique roman, adapté en un tout aussi magnifique film sorti en France en fin janvier 2016 : Les Délices de Tokyo de Durian Sukegawa. C’est parti pour la dégustation de dorayaki !

les-délices-de-tokyo-durian-sukegawaEdition lue :
Éditeur : Albin Michel
Publié en : 2016
Édition originale en japonais : 2013
Nombre de pages : 240
Prix : 17,50€

L’histoire nous emmène à la rencontre de Sentarô, un homme qui travaille dans une petite échoppe spécialisée dans la préparation et  la vente de dorayaki, une délicieuse pâtisserie japonaise consistant en deux sortes de pancakes avec au milieu de la pâte de haricots rouges. Un jour, une vieille femme, Tokue Yoshii, s’approche de cette boutique située en face d’immenses et magnifiques cerisiers en fleur et voit l’annonce sur la vitre : Sentarô cherche en effet à embaucher quelqu’un qui pourra lui venir en aide. Refusant d’abord, à cause de son âge avancé -elle a 76 ans- et ses doigts déformés par une maladie, il finira par accepter après qu’elle lui ait fait goûter sa pâte de haricots rouges, qu’elle confectionne depuis plus de 50 ans. À partir de là, la petite boutique va rencontrer un très grand succès grâce à la délicieuse nouvelle recette et au magnifique duo formé par Sentarô et Tokue. Pourtant, cela va être de courte durée puisque Tokue a un lourd secret qui va resurgir de son passé…

« Le vent souffla. Le cerisier frémit. Des pétales entrés par la vitre entrouverte se déposèrent sur la plaque chauffante. »

Et je ne vais pas vous en dire plus ! J’ai vu le film avant de lire le roman, et je ne savais pas exactement de quoi ça allait parler : je m’attendais à une belle petite histoire parsemée de pétales de cerisiers, légère et plaisante. Et bien ça va en réalité bien plus loin que ça : c’est une histoire d’une beauté incroyable mais aussi très émouvante, de par le sujet abordé. Le film est très proche du roman, la plupart des dialogues sont les mêmes, l’action aussi. La temporalité est en revanche un peu différente (le film semble se dérouler sur une période plus courte), et c’est surtout le passé des personnages qui est plus approfondi dans le roman, et qui permet de mieux se rendre compte pourquoi nos trois personnages principaux ont un lien si fort : Sentarô, Tokue et Wakana, une jeune lycéenne qui fréquente régulièrement l’échoppe de dorayaki.

« Il s’agit de bien observer la mine des haricots azuki. De s’ouvrir à ce qu’ils ont à nous dire. C’est, par exemple, imaginer les jours de pluie et de beau temps qu’ils ont connus. Écouter l’histoire de leur voyage, des vents qui les ont portés jusqu’à nous. »

La partie sur la préparation de la pâte de haricots rouges est vraiment magnifique. Tokue est délicate, prend son temps, ce que Sentarô ne comprend pas du tout au début. Ce roman est une sublime poésie, une ode à la liberté et à la beauté, représentée par les cerisiers en fleur et la confection de ces délicieuses pâtisseries. De plus, le secret de Tokue est incroyablement fort, c’est un sujet dont on parle très peu au Japon de nos jours, mais qui a pourtant bel et bien existé, et le placer dans cette histoire est un intelligent tour de force. Le Japon a beaucoup de côtés sombres dont il n’aime pas parler, mais grâce à des œuvres comme celles-ci, on parvient à les mettre en lumière et c’est une très bonne initiative, voire même un besoin pour que le Japon puisse évoluer et apprendre de ses erreurs.

« Ce jour-là, nous avons regardé la lune ensemble. La pleine lune était visible au-dessus du cerisier devant la boutique. Mme Yoshii m’a dit, elle est belle, admirons-la ensemble… »

Ce roman est une perle. Il regroupe tout ce que j’aime dans la littérature japonaise et ce qui en fait aussi une de ses spécificités : il est d’une immense beauté, la beauté du Japon, de ses saisons, des relations entre les hommes, de la nature, de l’écriture, et il incorpore un sujet particulièrement dur, qui ne peut que nous toucher. Un roman qui m’a profondément et durablement marqué et que je conseille à tous, et pas uniquement aux amateurs de littérature japonaise.

Ma note :
9

Merci Mélissa de m’avoir offert ce livre, tu es décidément la meilleure.

Publicités

Jeune Fille à l’ouvrage de Yôko Ogawa

Publié le

Ça y est, le nouveau livre de Yôko Ogawa est arrivé en librairie le 3 février ! Celui-ci s’intitule « Jeune fille à l’ouvrage » et contient pas moins de 10 nouvelles pour ravir tous les admirateurs de cette grande auteure, mais aussi pour permettre aux petits nouveaux de découvrir toute l’étendue de son talent.

jeune-fille-a-l-ouvrage-yoko-ogawa
Edition lue :
Éditeur : Actes Sud
Publié le : 3 février 2016 (édition originale en japonais : 1996)
Nombre de pages : 224
Prix : 20,00€

Que ça fait plaisir de retrouver Yôko Ogawa dans des nouvelles, un genre dans lequel elle excelle ! Puisqu’il serait difficile de parler de toutes les nouvelles et que je vais pas tout vous dévoiler, je vais vous parler de mes trois nouvelles préférées. Et je peux vous dire que c’était très compliqué de les choisir, tant elles sont différentes et superbes.

Commençons par le commencement avec la première nouvelle, éponyme : Jeune fille à l’ouvrage. Dans cette nouvelle, on suit un jeune homme dont la mère est malade d’un cancer. Il va rester à ses côtés pour ses derniers mois, à l’hôpital. Cet homme va retrouver une amie d’enfance, avec qui il jouait vingt ans auparavant – même enfant, il se souvient d’elle en train de broder, et il la retrouve dans cet hôpital toujours en train de broder, un couvre-lit. Ils vont évoquer leurs souvenirs de jeunesse ensemble, il va admirer les doigts de cette jeune femme, son agilité, mais aussi sa boîte à ouvrage (qui contient son matériel de broderie), qui n’a pas changé après toutes ces années… Cette nouvelle est délicate et très forte. On plonge dans les souvenirs en commun de ces deux adultes, et on se rend compte que notre narrateur a retrouvé non pas une jeune femme, mais la petite fille qu’il avait connue. C’est comme si elle continuait de vivre dans sa mémoire pendant vingt ans, et qu’elle n’avait pas arrêté de broder à l’intérieur de lui. Une très belle nouvelle qui traite les thèmes de la mémoire, du souvenir, mais également de la mort et du côté éphémère de la vie. Du très bon Ogawa.

« Si cela avait été possible, j’aurais voulu regarder indéfiniment cette petite fille broder. J’aurais voulu m’enfermer dans la scène de notre mémoire où personne ne nous dérangeait. »

Continuons avec la seconde nouvelle du recueil, intitulée Ce qui brûle au fond de la forêt. Un homme arrive dans un centre d’hébergement. À l’accueil, on lui retire la « glande ressort » d’une de ses oreilles. Bien que ceci ne va en rien gêner son ouïe, il va pourtant être obnubilé par cette glande ressort qu’il n’a plus, ressentir un manque et il va se demander où sont conservées les boîtes de pétri dans lesquelles les glandes ressort des nouveaux arrivants sont déposées. On découvre que la glande ressort contient les informations temporelles des individus, et qu’elle est enlevée pour qu’ils se sentent plus légers dans ce mystérieux centre d’hébergement où il n’y a aucune notion du temps. J’ai vraiment beaucoup aimé cette nouvelle puisqu’on retrouve une ambiance particulière comme Yôko Ogawa sait si bien les mettre en place, elle m’a fait penser à L’Annulaire, où le centre d’hébergement remplace le laboratoire. On se retrouve dans un lieu qui semble naturel pour tous les personnages, excepté le narrateur, qui va se poser des questions, à juste titre, qui sont également les questions qu’on peut se poser nous, lecteurs.

« J’ai pensé qu’il y avait longtemps que je n’avais pas vu brûler quelque chose de cette couleur. Cela remontait à un passé lointain, un feu qui rougissait les joues, faisait fondre le silence et réchauffait le temps. »

Parlons maintenant de ce qui est, je pense, ma nouvelle préférée de ce recueil ! Il s’agit de L’Encyclopédie, la cinquième nouvelle. On suit une jeune femme qui a pour habitude, avant de retrouver son amant écrivain, de se rendre à la bibliothèque pour consulter une livre intitulé « L’Encyclopédie des vers parasites ». Elle a en effet une certaine fascination pour cette encyclopédie et pour les parasites qui vivent à l’intérieur des êtres vivants… Tout ceci occupe une place importante de ses pensées et, sans vous en dire plus, la fin est tout simplement majestueuse ! Ce que j’ai apprécié dans cette nouvelle, c’est l’ambiance très propre à Yôko Ogawa, l’objet de fascination également qui est pour le moins original, et la réflexion de la narratrice – qui en vient à se demander si en elle se trouve également un parasite ou si elle est elle-même un parasite se baladant dans le corps d’un être vivant… J’aurais aimé qu’elle soit plus longue, comme la plupart des nouvelles de ce recueil, mais c’était un excellent moment.

 C’est en résumé un excellent recueil. Chacune de ces nouvelles a fait naître une réflexion en moi. Une nouvelle étant terminée, j’avais besoin d’un petit temps pour y réfléchir et sortir doucement du monde dans lequel Yôko Ogawa m’avait plongé, avant de repartir dans un autre univers avec la nouvelle suivante. On retrouve les thèmes de prédilection de l’auteure, maniés avec talent (ce qui est étonnant vu que le recueil est sorti au Japon en 1996 : elle avait déjà un style bien à elle et bien maîtrisé), pour un voyage dans dix nouvelles qui vous feront vibrer à coup sûr, de dix façons différentes.

Ma note :
9

La Mort en été de Yukio Mishima

Publié le

Je vais vous parler d’un recueil de nouvelles absolument fantastique : j’ai nommé La Mort en été du très grand Yukio Mishima. Ce recueil contient pas moins de 10 nouvelles, aucune n’étant de trop, un recueil magistralement mené. Je vais ici détailler mon avis sur les nouvelles qui m’ont le plus marqué.

La Mort en été de Yukio Mishima

Edition lue :
Éditeur : Gallimard (folio)
Publié en : 1988 (édition originale en japonais : 1953-1966)
Nombre de pages : 320
Prix : 8,00€

Le recueil s’ouvre sur la nouvelle La Mort en été, une nouvelle particulièrement bouleversante. Comme son titre l’indique, la mort est très présente là où on ne l’attend pas forcément, sur une plage, un petit coin paisible où une famille est venue passer ses vacances. Le drame est décrit au début de la nouvelle, la suite laissant place à la tentative d’une mère de surmonter la perte de ceux qui lui étaient les plus chers. Entre volonté d’oublier, folie naissante et souvenirs persistants, la plume de Mishima est d’une force incroyable.

La deuxième nouvelle dont je vais vous parler est Les Sept Ponts. Ici, on entre dans l’un des domaines de prédilection de Mishima, à savoir la puissance de la culture japonaise, de ses rites et de tout ce qui rend ce pays si particulier. Il est question ici de geishas, qui vont devoir traverser sept ponts, en silence, si elles souhaitent que leur voeu se réalise. Une description particulièrement bien réalisée des geishas, pour une nouvelle à la fois très jolie, quelque fois amusante, et joyeusement cruelle à la fin. La fin m’a beaucoup plu !

Des geishas traversant un pont, toute l’intrigue de la nouvelle « Les Sept Ponts »

Nous trouvons ensuite la sublime nouvelle Patriotisme, encore une fois sur un thème particulièrement japonais : pendant ces quelques pages, un lieutenant se prépare à exécuter le suicide rituel, le seppuku (ou harakiri), avec sa femme pour échapper au déshonneur. C’est sans aucun doute la nouvelle la plus forte dans tous les sens du terme. La précision de la préparation, le calme gardé par le couple qui va se donner la mort, puis la description tout aussi détaillée du moment fatidique en font pour le moment ma nouvelle préférée de toute l’oeuvre de Mishima. Un très beau moment de littérature et d’esprit japonais.

Je finis sur Onnagata, une très jolie nouvelle ayant pour thème la Beauté, thème récurrent dans l’oeuvre de Mishima, et plus particulièrement la Beauté d’un Onnagata, un acteur de théâtre japonais ne jouant que des rôles féminins. On pénètre une fois encore dans le magnifique Japon traditionnel. La description de cet Onnagata est faite à travers le regard d’un homme, qui reste ébahi devant tant de beauté et de féminité, tant sur scène qu’en dehors. Une nouvelle qui fait également écho à la vie de Mishima, qui aurait eu une relation avec Akihiro Miwa, acteur Onnagata.

Un exemple d’Onnagata (acteur masculin jouant des rôles féminins) avec le jeune acteur Taichi Saotome

J’ai donc choisi ces quatre nouvelles que je trouve particulièrement fortes et touchantes, parfois dures. Mais tout le recueil vaut vraiment le coup d’oeil, surtout si vous souhaitez vous initier à Yukio Mishima, je pense que c’est un bon début. A noter que la plupart des nouvelles sont typiquement japonaises, à savoir que la fin reste dans le non-dit, dans l’implicite. Mishima nous laisse même parfois interpréter nous même une fin, comme dans la nouvelle Trois Millions de Yens par exemple, où l’on peut se douter de ce qu’il va se passer, sans en être totalement sûr cependant…

Ma note :
9

 

%d blogueurs aiment cette page :