Flux RSS

Archives de Tag: chat

Les Mémoires d’un chat d’Hiro Arikawa

Publié le

Un article félin aujourd’hui ! Entrez dans Les mémoires d’un chat, un roman plein de tendresse d’Hiro Arikawa qui vient de paraître en France !

Edition lue :
Éditeur : Actes Sud
Publié le : 7 juin 2017
Publié au Japon le : 15 novembre 2012
Nombre de pages : 336
Prix : 22,00€

Dans ce roman, on rencontre Satoru Miyawaki, mais surtout son chat, Nana. De la première fois où Satoru s’occupera de lui, jusqu’à aujourd’hui, cinq ans plus tard, où Satoru doit se séparer de son fidèle compagnon pour des raisons que l’on découvrira au fil du roman. Ils vont ainsi partir en voyage ensemble, pour s’arrêter chez des amis de Satoru qui ont compté dans sa vie, en espérant que l’un d’entre eux accepte de s’occuper de Nana, ce chat terriblement attachant.

 « Ce préjugé humain selon lequel les chats ne comprennent pas votre langage est tout simplement idiot. »

C’est donc un roman sur la relation entre un chat et son propriétaire. Mais je dirais que c’est avant tout un roman sur l’amitié. On va en effet découvrir les amis de Satoru qui ont tous compté à un moment de sa vie, Kôsuke, avec qui il avait adopté un chat lorsqu’ils étaient enfants, Yoshimine, un élève arrivé en cours d’année avec qui il s’était immédiatement lié d’amitié, ou encore Sugi et Chikako, avec qui il était au lycée. Toutes ces rencontres se font dans le cadre de ce beau voyage pour trouver un nouveau propriétaire à Nana, voyage qui leur permettra de créer de nouveaux souvenirs ensemble.

« Combien de paysages existent en ce monde qu’un chat ne verra jamais ? »

J’ai commencé ce roman sans avoir trop d’attentes. L’écriture est plutôt simple, le ton est parfois drôle, notamment quand le chat devient narrateur, c’est plaisant à lire. Je l’ai d’ailleurs pris un peu trop à la légère. Parce que ce roman m’a beaucoup touché, peut-être justement car je ne m’y attendais pas. À partir d’un certain moment, le ton devient tendre et extrêmement touchant, et un passage m’a beaucoup ému, jusqu’à me procurer des frissons dans tout le corps alors que j’étais en train de lire dans un train bondé à Tokyo. Et j’ai été marqué par la relation entre Satoru et ses amis, mais aussi par celle entre lui et son chat qui ne peut clairement pas nous laisser indifférents.

Un roman qui m’a beaucoup surpris puisque je ne m’attendais pas à ce qu’il me touche autant. On part en voyage avec Satoru et Nana, dans ce Monospace dans lequel nous aussi, nous pouvons nous sentir comme chez nous. Un grand et fort moment de lecture qui m’a marqué.
Ma note :

Install de Risa Wataya

Publié le

Il est aujourd’hui temps de découvrir une auteure que je n’ai pas encore évoqué sur ce blog : Risa Wataya. C’est une jeune romancière née en 1984 qui a sorti son premier roman à l’âge de 17 ans. Et c’est justement de ce roman dont je vais vous parler maintenant, qui se nomme Install (インストール), et dont la couverture ne donne peut-être pas très envie. 

install-risa-wataya

Edition lue :
Éditeur : Philippe Picquier (Format poche)
Publié en : 2006 (édition originale en japonais : 2001)
Nombre de pages : 108
Prix : 5,60€

Dans ce court roman, on va suivre Asako, une jeune fille ayant déserté son lycée pour ne pas avoir à subir les examens, et Kazuyoshi, un jeune geek de 10 ans qui habite dans le même immeuble qu’Asako. Ces deux personnages vont un jour se croiser, puis vont faire affaire ensemble… en gérant un site pour adultes. Ils vont ainsi se faire passer, à tour de rôle, pour une jeune mère célibataire rémunérée pour discuter avec des hommes sur Internet et, bien entendu, pour les exciter…

Ce roman est assez troublant. On suit un bref épisode de la vie de deux jeunes Japonais (dont Kazuyoshi, un peu jeune à mon goût pour pratiquer ce genre d’activités) qui s’évadent à leur façon de ce que leur impose la société japonaise, et notamment le stress provoqué par le système scolaire et ses examens, en ce qui concerne notre héroïne Asako. Ce qui est d’ailleurs étonnant, c’est que c’est celle-ci qui va être formée par le jeune garçon, qui va l’initier à ce monde étonnant, où discuter avec des hommes peut assouvir une part de leurs désirs quand on sait s’y prendre. Asako va ainsi découvrir comment parler à ces hommes et tenter de comprendre leurs attentes pour pouvoir être efficace et leur donner envie de revenir… Même si cela peut être un problème lorsque deux personnes différentes se font passer pour cette même mère célibataire en manque d’affection.

Le roman est cependant plaisant à lire et ne bascule pas dans la vulgarité. Il permet de montrer en une centaine de pages seulement une jeunesse japonaise qui souhaite s’évader et se couper du monde extérieur, et qui ne semble plus dialoguer avec leurs parents – préférant discuter avec des inconnus sous une fausse identité pour de l’argent, ce qui semble moins contraignant pour eux. Un petit moment de lecture pour le moins original !

Ma note :
7

%d blogueurs aiment cette page :