Flux RSS

Archives de Tag: désir

Call-boy d’Ira Ishida

Publié le

Voici un roman qui ne vous laissera sûrement pas indifférents de par son thème cher à la littérature japonaise. Je vous présente Call-boy d’Ira Ishida, sorti récemment en format poche.


Edition lue :
Éditeur : Philippe Picquier
Publié en poche le : 7 septembre 2017
Publié en grand format le : 4 mai 2016
Publié au Japon en : juillet 2001
Traduit par : Rémi Buquet
Nombre de pages : 304
Prix : 9,00€

On rencontre dans ce roman Ryô, 20 ans, un jeune homme désabusé et blasé de tout, même des femmes et du sexe. Il va être abordé par la gérante d’un club privé qui loue les services de jeunes hommes à des femmes ayant les moyens de se le permettre. Il va accepter de passer du temps avec celles-ci et se prostituer, et cette expérience va lui plaire et le changer profondément.

« J’ai compris avec le temps que les rêves, en effet, n’appartiennent pas à ceux qui les font. »

Clairement, j’ai beaucoup apprécié ce roman. Ce n’est pas un roman sur la prostitution, mais plutôt sur le désir féminin, dans sa diversité et dans la recherche sans honte de celui-ci. Il va ainsi rencontrer un grand nombre de femmes avec des désirs et des fantasmes divers et variés, de la jeune fille ne souhaitant que coucher avec des garçons s’ils sont observés par un vieil homme peu attirant, à celle qui veut qu’on la regarde uriner. Et il va se donner entièrement dans cette mission, en trouvant un charme à toutes ces femmes, qu’elles aient 20 ou 70 ans, et en faisant tout pour satisfaire leur désir.

« Rien n’échappait à mon ennui. Tout me blasait. Me pesait au plus haut point. J’étais las de tout. J’avais juste vingt ans. »

Un très bon roman, sur un sujet souvent traité dans la littérature japonaise, mais jamais de cette façon. J’ai beaucoup apprécié le narrateur, il est intelligent et ça se sent, et il a souvent de belles réfexions, à la fois surprenantes et profondes. J’ai été fasciné par la façon dont Ryô évolue dans ce milieu, lui qui n’avait pas un grand intérêt pour le sexe. Il va concrètement découvrir le désir féminin et va prendre plaisir à l’assouvir, et c’est un chemin qu’il est intéressant de prendre avec lui.

« Être jeune, c’est n’être encore rien et traîner l’amertume d’une existence encore désespérément vide.»

Un roman surprenant et addictif sur un jeune homme qui s’ennuie dans sa vie qui va se prostituer et prendre plaisir à plonger dans le monde bien méconnu du désir féminin.

Ma note :

La clef de Junichirô Tanizaki

Publié le

Il sera aujourd’hui question d’un roman très particulier. Il s’agit de La clef de Junichirô Tanizaki, dont le sous-titre en dit long sur ce qui vous attend : La confession impudique.

la-clef-junichiro-tanizakiEdition lue :
Éditeur : Gallimard (Folio)
Publié le : 20 mars 2003
Publié au Japon en : 1956
Nombre de pages : 195
Prix : 7,20€

Dans La clef, on suit un couple mature. Lui a 56 ans, elle 45. Il se fait vieux et se plaint de la libido de sa femme qu’il n’arrive plus à satisfaire. Sa femme est en effet très demandeuse sexuellement et n’hésite pas à épuiser son mari. Ce dernier va découvrir un stimulant comme il n’en avait jamais connu auparavant : la jalousie. Pour cela, il va tenir un journal intime pour que sa femme le lise. Elle va en faire de même. Ils vont donc chacun lire le journal de l’autre, sans pour autant en parler et se l’avouer. De là va commencer une aventure pour le moins perverse…

« Alors que nous sommes mariés depuis plus de vingt ans, que notre fille est en âge de se marier à son tour, formons-nous vraiment un couple, nous qui, au lit, nous contentons d’accomplir la chose en silence, sans jamais échanger aucun tendre aveu ? »

Mais voilà, pour se rendre jaloux, il y a besoin d’une troisième personne. Et c’est là que le roman devient tordu à mon sens. En effet, ce couple a une fille qui a un prétendant : un certain Kimura. Mais le vieil homme va se rendre compte que ce Kimura ne convoite pas sa fille, mais plutôt sa femme. Celle-ci semble aussi être attirée par Kimura (plus par lui que par son mari d’ailleurs, qui le dégoûte, lui et ses pratiques fétichistes), et cette jalousie va exciter son mari au plus haut point. Leur fille va même devenir en quelque sorte complice de cette histoire plutôt malsaine.

« Dire que j’ai épousé quelqu’un d’aussi détestable, qui me convient si peu ! Ah ! Si seulement à la place j’avais pu avoir M. Kimura pour mari, ne puis-je m’empêcher de soupirer chaque jour. »

Ce roman pose donc la question des limites : jusqu’où peut-on aller pour faire renaître le désir dans son couple ? À mon avis, ce couple va bien trop loin et cette histoire m’a grandement mis mal à l’aise. Le problème, c’est qu’ils écrivent chacun dans le but d’être lu par l’autre, et non par nous. Je ne voulais pas en savoir autant, je ne voulais pas lire leurs journaux intimes ! Et pourtant, on est là, au milieu, en train de voir ce couple pris dans un tourbillon de jalousie et d’actions qui vont finir par aller trop loin. Même si le roman est intéressant sur un point de vue psychologique et de couple, j’étais bien content quand j’ai pu le refermer, d’autant plus que la dernière partie est ennuyeuse au possible.

« Tout en sachant pertinemment que l’autre nous lirait, nous nous arrangions ainsi, mon mari et moi, pour rendre le parcours tortueux, en érigeant des barrières, en dressant des obstacles, de façon à ne jamais être sûr que l’autre soit parvenu à ses fins. »

Si vous voulez être mal à l’aise, n’hésitez vraiment pas à lire ce roman ! En revanche, si vous ne voulez pas spécialement entrer dans l’intimité d’un couple prêt à tout pour faire évoluer leur désir, ce n’est pas une lecture que je vous conseillerais.

Ma note :
6

Confession d’un masque de Yukio Mishima

Publié le

Je vais vous parler d’un roman que j’ai lu récemment : Confession d’un masque (Kamen no Kokuhaku, 仮面の告白) d’un auteur dont j’ai déjà parlé ici et que j’aime beaucoup : Yukio Mishima.

Mishima

Edition lue :
Éditeur : Gallimard (folio)
Publié en : 1983 (édition originale en japonais : 1949)
Nombre de pages : 254
Prix : 8,00€

Ce roman a une différence majeure avec la plupart des autres qu’a pu écrire Mishima, puisqu’il est tiré de sa propre vie.
Tout d’abord, je dois dire que j’ai rarement vu un roman avec un titre aussi représentatif de son contenu. Mishima nous parle ici de son enfance et de son adolescence, avec une petite particularité, puisqu’il nous raconte la découverte de son homosexualité, et la volonté de refuser cette part de lui-même, de « faire comme si » en permanence, et donc de porter un masque en présence des autres.

La partie « Confession » du titre n’est de plus pas en reste, et je dois même dire qu’il faut avoir des tripes pour écrire ce roman et le publier, puisque Mishima nous dit absolument tout, sans honte (ou pourrait-on le croire), nous dévoile son intimité sans aucun détour. Je dois dire qu’on voit ici un côté qui me fait beaucoup apprécier Mishima, en plus de son écriture si particulière et agréable, il ne se limite pas à décrire la surface des choses, mais va en profondeur.

On suit donc le jeune Yukio Mishima, un enfant fragile, souvent malade, pendant la Seconde Guerre Mondiale, découvrant ses premiers désirs : notamment celui de faire mourir, de voir du sang, sur des corps d’hommes virils. C’est pour cela que la mort revient également souvent dans ce roman, faisant écho à la Guerre qui est en train de se dérouler et au cours de laquelle Yukio Mishima aurait aimé être appelé et y mourir (une maladie l’empêcha d’y participer).

Saint Sébastien de Guido Reni, image de fantasme à plusieurs niveaux pour Mishima adolescent

Saint Sébastien de Guido Reni, fascination à plusieurs niveaux pour Mishima adolescent

Mishima va prendre conscience que ses désirs ne sont pas « normaux », surtout à cette époque-là, mais va néanmoins tomber amoureux de la soeur d’un de ses amis, Sonoko. Même si parfois cet amour est décrit comme un grand amour qui pourrait déboucher sur une famille, Mishima intervient parfois lors de la narration pour rappeler que c’est bel et bien de l’amour qu’il éprouve pour cette fille ; mais aucun désir, celui-ci n’étant ressenti qu’avec les hommes. Mishima va pousser sa réflexion sur cette dualité à laquelle il sait qu’il va être confronté toute sa vie.

C’est au final un roman que j’ai beaucoup apprécié lire et qui nous plonge dans des thèmes qui vont amener une réflexion de Mishima sur sa propre enfance et adolescence qui pourraient se définir par l’Amour, la Guerre, le Désir, la Mort – des thèmes encore plus liés qu’on pourrait le penser.

Je termine sur une citation, au moment où Mishima apprend que la Guerre va prendre fin, qu’il n’y mourra donc pas, et qu’il va devoir enlever son masque, puisque, l’épée de Damoclès qu’était la Guerre ayant disparue, la « vie normale » va commencer :

« Je pris le papier, mais avant même d’avoir eu le temps de le lire, j’avais déjà compris la réalité de ces nouvelles. Ce n’était pas la réalité de la défaite. Au lieu de cela, pour moi -pour moi seul- cela signifiait que des jours terribles commençaient. Cela signifiait que désormais, que je le voulusse ou non et en dépit de tout ce qui m’avait leurré et fait croire qu’un tel jour ne viendrait jamais, dès le lendemain il me faudrait commencer à mener la « vie quotidienne » d’un membre de la société humaine. Comme ces seuls mots me faisaient trembler ! »

 Ma note :
8

%d blogueurs aiment cette page :