Flux RSS

Archives de Tag: jeunesse

Pokéstop en vue ! (Tome 1) d’Alex Polan

Publié le

Ce samedi, je vais vous parler d’un roman pour les plus jeunes, mais également pour les fans de Pokémon, ces monstres à capturer venus tout droit du Japon. Voici le premier tome de Pokéstop en vue ! d’Alex Polan, intitulé Le voleur de Rondoudou ! Partons à la chasse aux Pokémon !

alex-polan-pokestop-en-vue-tome-1Edition lue :
Éditeur : Slalom
Publié le : 24 novembre 2016
Nombre de pages : 128
Prix : 9,90€

On va suivre dans ce roman jeunesse (à partir de 8 ans, mais j’ai 25 ans et j’ai passé un très bon moment de lecture) Ethan, 10 ans, et sa sœur Devin. Ceux-ci sont de grands fans de l’univers Pokémon, et plus particulièrement de l’application Pokémon GO, ce jeu qui a connu un succès fou à sa sortie l’été dernier. Ils ne sont pas les seuls : leurs parents sont également accros, et surtout leur père. Ils vont se balader tous les jours en famille pour attraper des Pokémon sur cette application. Et Ethan et Devin, avec leurs amis, vont vouloir aider la propriétaire d’une boutique de Donuts à attirer de nouveaux clients grâce à la folie Pokémon GO. Mais quelqu’un va lui voler ses Donuts en forme du Pokémon Rondoudou qu’elle avait préparés pour l’occasion…

Etant fan de l’univers Pokémon, surtout en ce moment avec la sortie du nouveau jeu sur Nintendo 3DS, c’est une lecture que j’ai beaucoup appréciée. J’aimais aussi beaucoup l’application Pokémon GO à sa sortie, et c’est amusant de lire un roman basé dessus. Ce qui est plaisant dans cette histoire, c’est que les avantages de Pokémon GO sont bien mis en avant et permettent de contrer toutes les critiques qu’on avait pu entendre à propos de ce jeu à sa sortie. En effet, la famille sort se promener ensemble tous les jours pour y jouer, et donc pour passer un moment ensemble. De plus, les enfants de cette histoire sont malins et veulent aider la Donuterie à mettre en place une stratégie marketing (disons les mots) pour qu’elle attire plus de clients grâce à Pokémon GO, et ça, c’est intelligent. On a également des petites touches d’humour, notamment avec le personnage du père, qui rendent ce roman vraiment agréable !

C’est un roman que je conseillerais à tous les fans de Pokémon, et surtout à ceux qui ont gardé une âme d’enfant. Je pense qu’il faut au préalable connaître le fonctionnement de Pokémon GO pour l’apprécier pleinement, même si tout y est expliqué. Un très bon moment de lecture qui m’a fait redevenir un petit garçon.

Ma note :
7

 

Bleu presque transparent de Ryû Murakami

Publié le

Attention les yeux, voici un roman dont vous avez certainement déjà entendu parler et/ou que vous avez déjà lu, qui nous décrit avec une (trop ?) grand précision la dépravation de certains jeunes dans les années 1970. Allons-y.

bleu-presque-transparent-ryu-murakamiEdition lue :
Éditeur : Philippe Picquier
Format poche publié en : 1999
Édition originale en japonais : 1976
Nombre de pages : 203
Prix : 6,60€

Ce roman nous propose de suivre un groupe d’amis, dont le narrateur s’appelle Ryû. On est dans la deuxième moitié des années 1970, période à laquelle Ryû Murakami a écrit ce roman. Celui-ci est d’ailleurs en partie autobiographique. Il n’y a pas d’histoire à proprement parler : nous suivons plutôt cette bande, même pas 20 ans pour la plupart, qui passe ses journées et ses soirées à se droguer, à avoir des relations sexuelles à deux ou à plusieurs, à boire.

« À chaque respiration, j’oublie un peu plus qui je suis. Je sens toutes sortes de choses couler et fuir de mon corps ; je deviens une marionnette. »

C’est une lecture difficile. Comme souvent, Ryû Murakami n’hésite pas à être cru, parfois un peu trop. Mais cela est bien entendu volontaire et permet d’accentuer sur le côté sale de la chose, que ce soit par rapport à des relations sexuelles ou des tentatives de suicide. Ces jeunes sont des zombies, leurs jours se ressemblent. Ils peuvent faire des activités différentes, des concerts, prendre le métro, passer du temps entre amis, au final toutes ces activités se ressemblent puisqu’elles se font dans un état d’ivresse plus qu’avancé ou sous l’emprise de drogues diverses et variées.

« La sensation de me changer en marionnette est de plus en plus vive. Je n’ai qu’à bouger comme ils le veulent, je ne suis plus qu’un esclave ; immensément heureux d’être cela. »

Je n’ai pas pris de plaisir lors de cette lecture. J’ai parfois été pris de dégoût, chose qui ne me surprend même plus, tant je connais cette sensation à la lecture des romans de Ryû Murakami. J’ai à vrai dire tenté Chansons populaires de l’ère Showa, Miso Soup, Love & Pop. Toutes m’ont laissé un mauvais goût en bouche. Seul Kyoko m’a réellement plu. Mais pourtant je persiste. Parce que malgré tout, c’est un des rares auteurs à décrire cet univers sans faire preuve d’auto-censure, sans se limiter, sans nous épargner les côtés sales. Il décrit des faits de société obscurs, mais qui sont pourtant toujours là, même si bien cachés par la façade lisse que le Japon sait si bien mettre en avant. Pour ça, c’est un auteur à lire. De plus, dans ce roman, on retrouve des passages décrivant avec précision et parfois avec beauté la montée de la drogue ou de l’alcool dans l’esprit, qui nous coupent un peu des passages sordides, et ça fait du bien.

C’est un livre à ne pas mettre entre toutes les mains. Ryû Murakami nous fait plonger dans le monde de la drogue, du sexe et de l’alcool, le tout à fortes doses, prenant le dessus sur la réalité. Une lecture difficile, mais qui a le mérite de montrer une face de la société japonaise comme on ne la voit que rarement : l’auto-destruction d’une jeunesse désenchantée.

Ma note :
5

 

Un cri d’amour au centre du monde de Kyoichi Katayama

Publié le

Aujourd’hui, écoutons le Cri d’amour au centre du monde, un roman à la fois magnifique et bouleversant écrit par Kyoichi Katayama. Découvrons ensemble cette sublime et tragique histoire d’amour entre deux adolescents japonais.

un-cri-damour-au-centre-du-monde-kyoichi-katayama
Edition lue :
Éditeur : Presses de la cité
Publié en : 2006 (édition originale en japonais : 2001)
Nombre de pages : 240
Prix : 18,80€
(Existe aussi en format poche à 6,10€)

Sakutaro et Aki sont deux jeunes japonais qui se connaissent depuis le collège. Le destin va les rapprocher au fil du temps : alors qu’ils sont dans des classes séparées au collège, ils vont tout de même se côtoyer et développer une amitié, qui évoluera en amour au lycée, alors qu’ils se retrouveront enfin dans la même classe. Les deux adolescents connaissent un amour très fort et pur : ils parlent d’éternité, de mariage, savent qu’ils vont vieillir ensemble. C’était sans compter sur la maladie d’Aki. Celle-ci va développer une leucémie, essayer traitements après traitements, mais rien ne marchera : elle va décéder très rapidement, laissant Sakutaro seul et détruit.

« Je ne songeais pas un instant à faire le lien entre la mort et les adolescents de mon âge. La mort était réservée aux personnes âgées. »

Ce roman était un magnifique coup de cœur pour moi. L’histoire est bien évidemment touchante, mais l’écriture et la profondeur de certains passages rendent ce roman incroyablement beau, mais aussi incroyablement triste. L’auteur a fait un choix plutôt audacieux : le début du roman se déroule après la mort d’Aki. Puis on retourne dans le passé et à l’histoire entre elle et Sakutaro, mais on revient à l’après-mort en début de chaque gros chapitre. De cette façon, il est certain qu’en tant que lecteur on soit moins touché lorsqu’Aki décède (aucune surprise, on le savait dès la première page), mais en revanche je trouve que ça sublime le roman. En effet, l’auteur insiste ainsi non pas sur la mort, mais sur l’amour et la vie.

« Je fus alors saisi d’une certitude terrible. Aussi longtemps que je vivrais, je ne voulais pas être plus heureux que maintenant. Je ne voulais aspirer qu’à une chose : tenter de conserver ce bonheur précieusement aussi longtemps que possible. »

Parce que ce roman est un roman d’amour, et quel roman d’amour ! On voit la relation entre ces deux adolescents évoluer : l’amitié, qui est déjà belle, qui va se transformer en amour incommensurable. Ils vont vivre de belles choses ensemble, se rendre sur une île désertée pour passer un beau moment ensemble, coupés du monde. Ils vont avoir de fortes conversations, parfois initiées par celles qu’entretient Sakutaro avec son grand-père, qui a perdu la femme qu’il aimait et qui va demander à son petit-fils un service qui va mener à une réflexion sur l’amour et la mort. Et ils vont vivre ce que deux adolescents ne devraient jamais vivre : la maladie. Aki qui découvre au fur et à mesure que les jours passent et qu’elle ne guérit pas qu’elle a une leucémie. La perte de cheveux liée à la chimiothérapie. La faiblesse de son corps. La réalisation pour elle et Sakutaro qu’elle va bientôt disparaître. La tentative (et quelle tentative !) de passer un dernier moment ensemble, loin de l’hôpital et du traitement qui l’affaiblit de jour en jour.

« Je n’étais pas vraiment là. Je n’étais ni dans le passé, ni dans le présent, ni dans la vie, ni dans la mort. J’errais je ne sais où. Je ne comprenais pas pourquoi j’étais venu là. En faisant un effort, je pouvais bien constater que j’étais là. Mais je ne savais pas où j’étais vraiment. Je ne savais pas qui j’étais vraiment. »

On ressent vraiment que c’est un roman japonais, et cela m’a touché. On va très loin dans les sentiments, dans le ressenti. L’expression de la solitude de Sakutaro une fois Aki partie est bouleversante. On suit le processus : il pense à cette solitude avant de la perdre, mais aussi pendant qu’il la perd et après qu’il l’ait perdu. C’est, pour conclure, un roman extrêmement puissant qui ne vous laissera pas indifférent. Et je crois que jamais un titre n’aura été aussi bien trouvé pour un roman.

Ma note :
9

Les Belles Endormies de Yasunari Kawabata

Publié le

Je vais vous parler maintenant d’un classique de la littérature japonaise : Les Belles Endormies (眠れる美女, Nemureru Bijo) de Yasunari Kawabata. Cet auteur est un des auteurs japonais classiques les plus connus en dehors du Japon, et c’était le premier roman de lui que je lisais.

Kawabata

Edition lue :
Éditeur : Le Livre de Poche
Publié en : 1982 (édition originale en japonais : 1960-1961)
Nombre de pages : 124
Prix : 4,60€

Dans Les Belles Endormies, on suit Eguchi, un vieil homme de 67 ans, qui va vouloir essayer d’aller dans la maison des « Belles Endormies » dont un ami lui a parlé. Le principe de cette maison est simple : des hommes âgés peuvent dormir aux côtés d’une (ou plusieurs) jeune fille qui a été préalablement profondément endormie. Il n’y a aucun rapport sexuel, puisque les clients sont censés être des « clients de tout repos », qui n’éprouvent plus de désir sexuel, même si cela ne semble pas être le cas d’Eguchi…

Il va ainsi passer cinq nuits avec une fille différente (ou deux dans le dernier chapitre), et à partir de chacune de ces filles, qu’il va découvrir être vierges, des souvenirs de femmes différentes vont lui revenir. Ces souvenirs semblent venir à lui comme une vague de nostalgie d’une vie passée, comme un bilan des femmes qui ont compté dans sa vie… Les jeunes filles vont permettre à Eguchi, et à tous les clients de la maison, d’être confronté à la jeunesse, ne serait-ce qu’une dernière fois.

« Ce qui, du bras de la fille se communiquait aux paupières d’Eguchi, c’était le courant de la vie, le rythme de la vie, l’invitation de la vie et, pour un vieillard, un retour à la vie. »

Ce livre a inspiré plusieurs films, ici un film allemand de Vladim Glowna de 2005

Ce livre a inspiré plusieurs films, ici un film allemand de Vladim Glowna de 2005

On retrouve donc dans ce roman quelques thèmes récurrents de la littérature japonaise, à savoir : l’opposition vieillesse/jeunesse (souvent matérialisée par une jeune fille vierge), l’amour, mais aussi la mort. De plus, on retrouve un peu d’érotisme, avec les descriptions de ces jeunes filles vierges à côté desquelles dort Eguchi. Ce genre de description est chose courante dans cette littérature, et m’a un peu lassé personnellement.

Ce roman côtoie la mort de près, et on ne voit très vite qu’une issue possible à l’épilogue : la mort. Pourtant, et c’est là l’un des traits particuliers que j’ai apprécié chez cet auteur, la vie -et donc la mort- peut toujours nous surprendre…

« Une maison comme celle-ci ne serait-elle pas l’endroit idéal pour mourir ? »

Ma note :
7

%d blogueurs aiment cette page :