Flux RSS

Archives de Tag: manga

Bungô Stray Dogs de Kafka Asagiri & Harukawa 35

Publié le

Je vous propose aujourd’hui un article un peu spécial puisqu’il s’agit… d’un manga ! Et oui, je n’avais pas prévu de parler de mangas sur ce blog, mais celui-ci va faire exception puisqu’il met en scène des personnages dont le nom et l’histoire sont inspirés de grands écrivains japonais. Découvrons tout ça ensemble !

bungo-stray-dogs-tome-1-2-kafka-asagiriTomes 1 & 2 :
Éditeur : Ototo
Publiés le : 3 février 2017
Publié au Japon en : 2013
Nombre de pages : 192
Prix : 7,99€

Dès le départ, on suit Atsushi Nakajima, un orphelin causant le malheur partout où il passe, qui va croiser le chemin d’Osamu Dazai. Ce dernier fait partie de « L’Agence des Détectives Armés », agence dans laquelle tous les détectives possèdent des pouvoirs spéciaux. Atsushi va se retrouver mêlé à leurs activités et va travailler avec eux, pour résoudre des crimes et combattre notamment une grande organisation mafieuse menée par un certain Ryûnosuke Akutagawa, doté lui aussi de pouvoirs destructeurs…

bungo-stray-dogs-nakajima

L’histoire est intéressante, ça bouge beaucoup, il y a de l’humour et les dessins sont excellents : voilà pour faire court, ce que vous trouverez dans ce manga fraîchement paru en France. Mais ici, puisque c’est un blog sur la littérature japonaise, je vais me concentrer sur un aspect que j’ai trouvé génial : la plupart des personnages porte le nom d’écrivains célèbres et leurs pouvoirs spéciaux portent en général le nom d’une de leurs œuvres. Plus encore, certains personnages ont des aspects de leur caractère qui est en lien avec l’écrivain dont ils portent le nom.

Dans ces deux premiers tomes, on croise donc Atsushi Nakajima, qui peut se transformer en tigre (en référence à sa nouvelle Histoire du poète qui fut changé en tigre), Ranpo Edogawa qui est doté d’une puissante capacité de déduction pour résoudre les affaires (normal pour l’un des plus grands écrivains japonais du genre policier), Junichirô Tanizaki et son pouvoir Bruine de neige (titre de son plus long ouvrage), sa soeur Naomi qui est aussi le nom d’un de ses romans (dont le personnage principal est inspiré de se belle-soeur), Ryûnosuke Akutagawa et son pouvoir Rashômon (l’une des nouvelles les plus célèbres de l’auteur), Motojirô Kajii et son pouvoir Citrogrenade (en référence à sa nouvelle Le Citron) et quelques autres. Mais celui qui m’aura le plus plu, c’est évidemment Osamu Dazai qui annihile les pouvoirs des autres en les touchant (ce pouvoir s’appelle La déchéance d’un homme, en référence à son texte le plus célèbre), un personnage hilarant puisqu’il passe son temps à tenter de se suicider de diverses façons – là encore, une référence osée à l’écrivain qui avait une obsession certaine pour le suicide (il a tenté de se suicider plusieurs fois dans sa vie : avec des médicaments, en tentant de se pendre, par noyade…). Dès le tome 2, on a des fiches des personnages qui expliquent un peu ces références, et c’est plaisant à découvrir, en parallèle à l’histoire qui se dévoile et qui donne envie de dévorer la suite.

Un excellent manga qui, en plus d’être plaisant à lire, bien écrit et bien illustré, permet aussi de (re)découvrir des écrivains classiques et leurs œuvres de façon on ne peut plus originale. Vite, la suite !

Ma note :
8

Spice & Wolf (Tome 1) d’Isuna Hasekura

Publié le

Ce vendredi, je vais vous parler d’un light novel, roman japonais destiné aux jeunes adultes, qui a été adapté en manga puis en anime. Il s’agit du premier tome de Spice & Wolf d’Isuna Hasekura. Partons sur les routes avec Lawrence et Holo !

spice-&-wolf-isuna-hasekura-ofelbeÉdition lue :
Éditeur : Éditions Ofelbe
Publié en : 2015 (édition originale en japonais : 2006)
Nombre de pages : 480
Prix : 19,90€

Nous voyageons ici avec Lawrence qui est un marchand itinérant. Il transporte ses marchandises de ville en ville pour honorer ses dettes et, seul, dans sa carriole, il aimerait beaucoup avoir de la compagnie pour égayer ses voyages et  sa vie. C’est alors qu’un jour, dans sa carriole, il va découvrir une jeune fille avec des oreilles et une queue de loup, en train de dormir. Il s’agit d’Holo, la déesse de la moisson, une louve pouvant prendre l’apparence d’une fille. Elle éprouve le désir de voyager et de retourner d’où elle vient, au nord. Lawrence va ainsi l’accepter à ses côtés et apprendre à vivre sur la route avec elle…

« Saluées par les hennissements du cheval, les aventures de ce couple si particulier venaient de débuter. »

Ils vont ainsi apprendre à se connaître et à s’apprécier. Le personnage d’Holo est très intéressant puisque bien qu’elle soit en apparence une jeune fille frêle, elle a en réalité vécu des dizaines et des dizaines d’années et a une intelligence hors norme et comprend les choses très vite. Ce qui d’ailleurs peut agacer Lawrence qui a mis des années à comprendre certains rouages économiques, et ça nous donne des scènes très amusantes. Ils vont donc voyager ensemble et rencontrer d’autres marchands qui vont leur apporter quelques difficultés… Ce tome regroupe en réalité deux tomes de la version japonaise, et dans les deux histoires, Lawrence et Holo vont se faire avoir d’une façon ou d’une autre et vont devoir y faire face ensemble.

« Avoir un apprenti aussi doué était à la fois une bénédiction et une malédiction : il faisait la fierté de n’importe quel marchand, mais l’humiliation n’était jamais loin. »

Tout d’abord, il faut souligner que les éditions Ofelbe ont une fois encore réalisé un excellent travail d’édition. L’objet-livre est magnifique, la couverture, les illustrations à l’intérieur, bref, c’est un plaisir de l’avoir dans sa bibliothèque. Ensuite, Spice & Wolf est un roman très appréciable. Le sujet est vraiment original, on suit un marchand itinérant, et il est traité de façon intelligente. On pourrait s’attendre à quelque chose d’un peu simplet, mais on a en réalité des passages très précis qui m’ont rappelé certains cours d’économie… En voulant se faire de l’argent sur un rumeur de dévaluation d’une monnaie, on en apprend beaucoup sur le système économique, la création d’une monnaie et ce qui fait qu’une monnaie fonctionne dans un pays, et on rentre vraiment dans beaucoup de détails. Même si au bout d’un moment on peut trouver ça longuet (ou si certaines explications étaient un peu obscures), c’est un aspect du roman que j’ai tout de même apprécié. À côté de ça, on a des moments plus légers à lire, sur la relation de Lawrence et Holo qui grandit au fil des pages et qui est très bien abordée. Malgré leurs différences apparentes, ils sont parvenus à se trouver et à toujours sortir la tête haute des problèmes qu’ils ont pu rencontrer. Et ça, c’est beau.

« Il aurait beau parcourir le monde et amasser des fortunes, la seule chose que Lawrence ne pourrait jamais posséder était juste devant lui. »

C’est un premier tome qui nous introduit le mode de vie d’un marchand itinérant, qui avait l’habitude d’être seul mais qui va construire une relation forte avec une déesse louve qui l’aidera tant dans sa mission commerciale que dans sa vie personnelle. On entre aisément dans la carriole avec ces deux personnages, pour un moment de lecture très sympathique qui nous donne envie de passer aux tomes 2 et 3, tous deux déjà disponibles.

Ma note :
7

 

Log Horizon (Tome 1) de Mamare Touno

Publié le

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un light novel que j’ai lu récemment : le premier tome de Log Horizon de Mamare Touno ! « Mais qu’est-ce qu’un light novel ? », entends-je. Et bien il s’agit tout simplement d’un roman japonais destiné à un public de jeunes adultes, souvent liée à un manga ou un anime, ou les deux (le light novel est souvent le format de départ, mais pas toujours). Maintenant que les bases sont posées, préparez vos manettes et rentrons ensemble dans le monde virtuel de Log Horizon !

log-horizon-t1-mamare-touno
Édition lue :
Éditeur : Éditions Ofelbe
Publié en : 2015 (édition originale en japonais : 2000)
Nombre de pages : 473
Prix : 19,90€

Sachez tout d’abord pour ceux que ça intéresse qu’il existe un manga et un anime de Log Horizon, qui ont été fait après cette série de light novels (qui est d’ailleurs toujours en cours au Japon). Je ne connaissais pas l’histoire avant de commencer à lire ce premier tome, qui contient en fait les deux premiers tomes japonais, et en lisant le résumé, cela me faisait penser à Sword Art Online, un classique pour ce qui est de personnages coincés dans un jeu vidéo. Et bien, Log Horizon est en fait très différent !

On suit en effet Shiroe, un très grand joueur du jeu Elder Tale. Il est au niveau maximum (90) et a une certaine réputation dans le jeu. Seulement, un jour, après une mise à jour, lui et tous les autres joueurs vont se retrouver coincés à l’intérieur du jeu. Il va retrouver Naotsugu, un ami de jeu qu’il avait aussi rencontré dans la vie réelle, un brin pervers. Ensemble, ils vont essayer de comprendre ce qui se passe, et vont vite réaliser qu’il ne semble pas y avoir de façon de retourner au monde réel et qu’ils sont bloqués dans ce monde virtuel et qu’ils vont donc devoir apprendre à y vivre, avec tout ce que ça implique : logement, nourriture, mais aussi stratégies et combats. Et sur leur route, Shiroe va retrouver et rencontrer de nouveaux alliés, comme Akatsuki, jeune fille à l’air frêle et innocent mais qui est en réalité un Assassin redoutable. Et on va donc pouvoir suivre leurs aventures dans ce double-roman !

« Cet endroit, il l’avait déjà vu, mais il n’aurait pas dû y être réellement. La seule explication qui lui venait à l’esprit : ils avaient été transportés à l’intérieur du jeu Elder Tale et leurs avatars étaient devenus leurs vrais corps. »

Première chose que j’ai aimé : le livre est vraiment beau et c’est un vrai bonheur de l’avoir dans sa bibliothèque. Les Éditions Ofelbe ont en effet réalisé un très bon travail sur ce livre, que ce soit sur les deux rabats intérieurs (de très beaux dessins et une carte bien sympathique d’Akiba), sur la mise en page, sur les illustrations qui ponctuent le texte et nous permettent de mieux imaginer certains passages, bref, c’est un livre à avoir !

Ensuite, l’originalité de Log Horizon réside dans les détails qui nous sont donnés. Il n’est pas du tout nécessaire de s’y connaître en MMORPG (je n’en ai d’ailleurs jamais joué) – et surtout l’auteur répond à toutes les questions qu’on peut se poser sur ce monde virtuel : le budget dont ils ont besoin pour dormir, pour manger, pour s’acheter des vêtements, etc… Tout le côté pratique qui est souvent laissé de côté dans d’autres séries est ici bien expliqué et rend le roman plus réaliste et plus prenant. À ce propos, j’ai aussi vraiment apprécié le décor : on se trouve en fait dans un monde très proche du Japon réel (avec pour centre le quartier d’Akihabara -Akiba pour les intimes- bien qu’il soit plus sauvage) et les voyages (pour aller à Susukino par exemple, qui se trouve au nord du Japon) deviennent ainsi réalistes et on peut se représenter facilement le trajet qu’ils ont à parcourir. Les personnages sont aussi vraiment sympathiques. Que ce soit Shiroe, Naotsugu, Akatsuki, nos trois héros principaux dotés d’une force extrême et de personnalités très attachantes, ou tous ceux qu’ils vont rencontrer, c’est un vrai bonheur de les suivre, de les voir interagir et de les voir s’acclimater à ce nouveau monde.

« Nous ignorons complètement comment faire pour revenir dans le monde d’où nous venons. Aussi cruelle et brutale que soit cette réalité, c’est désormais la nôtre. »

Et enfin, j’ai beaucoup aimé la tournure que prennent les événements. Je ne veux pas trop vous en dire non plus, mais la société n’évoluera pas d’une façon très saine, et cela touchera Shiroe, qui pourtant pense qu’il ne pourra rien faire pour l’améliorer, puisqu’il n’est qu’une joueur solo, n’appartenant à aucune guilde. À partir de là, le développement de son personnage va être très intéressant (et intelligent) et tout ce qui va se passer va être superbement mis en scène ! J’ai beaucoup adoré cette partie qui clôt ce roman.

Pour faire court, c’est une lecture agréable à plusieurs niveaux : le décor, qui est très bien expliqué, détaillé et cohérent, les personnages, attachants et parfois drôles, et l’histoire, qui va être riche en rebondissements et qui est très bien menée. Un réel plaisir de lecture, les pages se tournent toutes seules, et une fois le roman refermé on n’a qu’une hâte : que le mois de mai arrive très vite pour pouvoir lire le tome 2 !

Ma note :
8

%d blogueurs aiment cette page :