Flux RSS

Archives de Tag: monstre

Godzilla de Shigeru Kayama

Publié le

Tout le monde connaît Godzilla, mais connaissez-vous ses débuts ? Les voici avec ce livre, « Godzilla » de Shigeru Kayama.

godzilla-shigeru-kayama

Edition lue :
Éditeur : Ynnis Editions
Publié le : 12 mai 2021
Traduction : Sarah Boivineau, Yacine Youhat
Publié au Japon en : Octobre 1954
Nombre de pages : 280
Prix : 14,95€

En voilà un livre intéressant ! J’ai toujours été très curieux et attiré par les histoires mettant en scène Godzilla, mais je ne connaissais pas vraiment ses origines avant de lire ce livre. Il contient deux histoires, Godzilla : chapitre de Tokyo (à l’origine du premier film Godzilla en 1954) et Le retour de Godzilla (qui a inspiré le film du même nom sorti en 1955). Dans la première histoire, on suit plusieurs bateaux qui vont disparaître en mer jusqu’à ce qu’apparaisse l’immense créature mythique qu’est Godzilla, réveillée par des essais nucléaires et dont le corps semble avoir un taux de radioactivité très élevé. De là, nous suivons plusieurs personnages qui vont voir Tokyo être détruite, et qui vont tenter de trouver une solution pour éliminer définitement Godzilla… qui, bien sûr, n’a pas dit son dernier mot – sinon il n’y aurait pas une deuxième histoire dans ce livre (et plus d’une trentaine de films au cinéma).

« Brusquement, une immense lumière d’un blanc incandescent recouvrit toute la surface de la mer, un rugissement s’éleva, l’eau se mit à former un tourbillon géant, et avant même que les soldats n’eussent le temps de pousser un cri, le bateau tout entier se retrouva enveloppé dans d’étranges flammes. »

Tout d’abord, je tiens à noter la qualité de la traduction dans ces deux textes. J’avoue m’être attendu à une écriture un peu brouillon, mais en réalité le texte est d’une grande qualité littéraire et un réel plaisir à lire. Ensuite, ces deux histoires m’ont beaucoup plu, ainsi que la façon dont elles évoluent. On suit plusieurs personnages qui vont être liés et, étonnement, on s’attache à eux et à leurs relations, au milieu de cette catastrophe. Outre les scènes de destruction et d’attaques, de nombreuses questions sont aussi posées : faut-il se débarraser de Godzilla ou l’épargner et l’étudier ? Comment penserait une organisation de soutien à cette créature intrigante ? Quelles armes avons-nous à notre disposition en cas d’une telle menace ? Et tout cela fait de ces histoires un livre que je conseille fortement et qui plaira sans doute à ceux qui s’intéressent à Godzilla mais également à ceux qui ne le connaissent que de loin.

« Est-il vraiment possible qu’un monstre aussi titanesque existe quelque part sur cette planète ? »

Deux histoires mettant en scène la créature la plus emblématique du Japon, et les actions, qui semblent limitées, des hommes face à ces terribles attaques. Un livre sur la destruction, mais aussi un livre extrêmement humain.

Ma note :

La princesse qui aimait les chenilles : Contes japonais

Publié le

Aujourd’hui, je vous présente un livre plutôt génial. Il s’agit d’un recueil de contes tirés du folklore japonais, adaptés librement et joliment par René de Ceccatty et Ryôji Nakamura. Voici La princesse qui aimait les chenilles.

Edition lue :
Éditeur : Philippe Picquier
Publié le : 5 janvier 2017
Sorti en grand format en : avril 1999
Nombre de pages : 144
Prix : 7,50€

Ce recueil contient six contes puisés dans l’imaginaire du Japon, dans lesquels on croise des thèmes chers au folklore japonais, ainsi que des personnages dont on a déjà entendu parler. On rencontre donc des fantômes, des kappas (ces mystérieux monstres réputés pour attirer leurs proies, animales comme humaines, dans l’eau, que l’on croise également dans Le Bureau des Jardins et des Etangs de Didier Decoin), la femme des neiges qui représente la mort, des bébés (comme le célèbre Momotarô) qui apparaissent de façon surnaturelle dans un village peuplé uniquement de vieillards, ou encore un spectre sans visage.

« Elle se redressa et tourna vers lui son visage. Il poussa un hurlement. Elle n’avait pas de visage. C’était une face lisse sans yeux, sans bouche, sans nez, une face lisse et blanche comme un œuf. »

Quel plaisir de découvrir ces contes ! Le folklore japonais me fascine, avec notamment le rôle des esprits et des fantômes, qui ne veulent d’ailleurs pas toujours du mal aux vivants. Je trouve ça fantastique (dans les deux sens du terme) de pouvoir découvrir ces contes et ces personnages qui font vraiment partie de la culture japonaise. Mention spéciale pour le conte Les Kappas, histoire dans laquelle cinq frères kappas vont décider de partir se faire de l’argent sur le dos des hommes, en finissant toujours par échouer : une histoire amusante et qui permet de passer un peu de temps en compagnie de ces mesquines créatures.


« Au monde que l’on ne voit pas et que l’on n’entend pas, est-il nécessaire de parler, quand on sait que seuls les fantômes comprennent le chant de la mort ?
»

Un recueil de contes parfait pour découvrir plusieurs facettes du folklore japonais, dans des histoires agréables à lire et qui nous font partir à la rencontre de personnages qui nous sont pour la plus grande partie inconnus. Un moment de lecture qui nous plonge dans un univers fantastique !
Ma note :
%d blogueurs aiment cette page :