Flux RSS

Archives de Tag: mystère

La fleur de l’illusion de Keigo Higashino

Publié le

Partons aujourd’hui enquêter avec Keigo Higashino et son dernier roman paru récemment en France : La fleur de l’illusion !

keigo-higashino-la-fleur-de-l-illusionÉdition lue :
Éditeur : Actes Sud
Publié en : 5 octobre 2016
Édition originale en japonais : 18 avril 2013
Nombre de pages : 352
Prix : 21,80€

Le roman s’ouvre sur deux scènes distinctes qui se déroulent à des moments différents : un couple de jeunes parents est sauvagement assassiné par un homme avec un sabre dans la rue et deux adolescents vont se rencontrer et tomber amoureux. pour la première fois. Ensuite, l’intrigue principale va se dévoiler, qui ne va pas être sans rapport avec les deux incidents précédents : Naoto, un jeune homme de 22 ans s’est jeté par la fenêtre. Lino, sa cousine, va se rendre à l’enterrement et y voir son grand-père. Ils vont renouer contact et elle va décider de lui rendre visite régulièrement, notamment pour tenir un blog sur les fleurs qu’il cultive. Un jour, elle va le voir, et le trouve mort dans son salon, assassiné. Elle va, plus tard, remarquer qu’une mystérieuse fleur jaune que son grand-père lui avait interdit de poster sur le blog a disparu… et celle-ci va constituer la clé de ce roman.

« Il disait souvent que les fleurs, elles, ne mentent pas. Voilà pourquoi je pense que seules les fleurs savent ce qui s’est passé. »

Une enquête va se dessiner et plusieurs personnages vont y être mêlés : Lino, qui veut découvrir qui a tué son grand-père et pourquoi, Hayase, chargé de l’enquête, qui veut aussi arrêter ce meurtrier pour des raisons personnelles, puis Sôta et son frère Yôsuke. Les personnages sont très bien développés et c’est là l’un des points forts de ce roman. Leurs parcours se croisent, leurs motivations sont diverses et on les retrouve à plusieurs périodes de leur vie. Tout ça fait de ce roman une lecture plaisante, qui commence fort et puis, doucement, qui pose certaines questions et réflexions, notamment sur l’après-Fukushima ou sur les secrets de famille. Je reprocherais peut-être une certaine lenteur dans l’avancement de l’enquête et du récit, mais c’est aussi ce qui rend ce roman particulier. Les enjeux ne semblent pas si élevés (un grand-père qui a tout l’air de s’être fait cambrioler avant de se faire tuer), mais ils cachent pourtant un mal bien plus grand.

« Les pétales d’un beau jaune qui se déroulaient comme des tentacules lui donnaient un aspect presque grotesque. »

Un roman dans lequel Keigo Higashino exprime son talent avec une histoire bien ficelée, des secrets qui vont voir le jour, des destins croisés, et qui fait notamment réfléchir sur la notion d’héritage au sein d’une famille, que celui-ci soit positif ou négatif. Une enquête à la japonaise !

Ma note :
7

Publicités

Ring de Koji Suzuki

Publié le

Aujourd’hui, je vais vous parler d’un roman de Koji Suzuki, le Stephen King japonais comme il est souvent décrit, qui a notamment été adapté en plusieurs films japonais et américains (Ring, The Ring ou Le Cercle) : il s’agit bien sûr de Ring. Il est temps de découvrir l’origine de cette histoire qui fait frissonner !

ring-koji-suzuki

Edition lue :
Éditeur : Fleuve noir
Publié en : 2003
Publié au Japon en : 1991
Nombre de pages : 308
Prix : 4,99€ en numérique / Trilogie à 13,00€ chez Pocket

L’histoire, vous la connaissez peut-être déjà : on va suivre Kazuyuki Asakawa, un journaliste, qui va enquêter sur la mort mystérieuse de quatre adolescents, dont sa nièce. Ceux-ci sont en effet décédés d’un brusque arrêt du cœur le même jour à la même heure, et ont été découverts avec une expression d’horreur sur le visage. Après quelques recherches, il va atterrir dans un chalet dans lequel ces jeunes avaient passé une nuit une semaine avant de mourir et il va y découvrir une cassette vidéo. Il va avoir l’excellente idée de la regarder : des images étranges y défilent, et elle se termine par un message : tous ceux qui visionnent cette cassette mourront dans une semaine tout pile, à moins que… Une publicité a été enregistrée par-dessus la fin et Asakawa ne sait donc pas comment faire pour conjurer le sort. Il va donc devoir enquêter et faire resurgir des fantômes du passé, donc celui d’une certaine Sadako Yamamura qui est à l’origine de cette VHS…

« Ceux qui regardent ces images sont condamnés à mourir dans une semaine exactement à la même heure. Si vous ne voulez pas mourir, à partir de maintenant suivez les instructions. »

J’avais vu le premier film japonais Ring sorti en 1998 et j’en avais un bon souvenir, mais c’était il y a longtemps, et l’histoire était floue, à part cette cassette vidéo. C’était donc un réel plaisir de découvrir ce roman et de plonger dans l’histoire originelle de Sadako. Page après page, j’ai eu envie d’en découvrir toujours plus, de voir comment cela allait se finir, même si la fin laisse des points de suspension puisqu’il s’agit d’une trilogie (voire même d’une Quadrilogie au Japon avec le quatrième tome The Birthday qui contient trois courtes histoires en lien avec Ring qui, je crois, n’a pas été traduit en France). Et c’était si bon !

« À force de regarder ces images, Asakawa a l’impression d’étouffer. Il entend son cœur battre et sent la pression du sang dans ses artères. Son odorat et son sens du toucher ne sont plus les mêmes. »

J’avais envie de frissonner, et cela a été le cas lors de quelques passages : le plus réussi pour moi est lorsqu’Asakawa visionne la cassette pour la première fois. La description des images incompréhensibles qui défilent devant ses yeux est si réussie qu’on a l’impression de la voir également et que l’on peut ressentir cette sensation d’étouffement que lui-même ressent. J’aurais aimé frissonner encore plus, mais l’atmosphère de ce roman est juste incroyable, j’ai adoré, c’est très bien écrit et on plonge entièrement dedans. La vie d’autres personnages en plus d’Asakawa va de plus être mise en danger par cette cassette, ce qui rend la course contre la montre encore plus excitante. On côtoie les esprits japonais et un aspect surnaturel qui est délectable. Que vous connaissez l’histoire ou non, je vous le recommande ! Et je m’en vais de ce pas me procurer la suite pour pouvoir vous en parler dans de prochains articles !

Le roman à l’origine de l’histoire Ring, adaptée et réadaptée, qui a eu un énorme succès partout dans le monde et on comprend clairement pourquoi. On frissonne, on tourne les pages sans s’arrêter, on suit le compte à rebours et on attend le dénouement avec impatience, en bref, c’est une excellente lecture pour tous les amateurs du genre !

Ma note :
8

Les Dieux Chiens de Masako Bando

Publié le

Bonjour à tous ! En ce samedi, je vous présente un roman tout ce qu’il y a de plus japonais dans une ambiance mystérieuse : voici les Dieux chiens de Masako Bando !

les-dieux-chiens-masako-bandoÉdition lue :
Éditeur : Actes Sud
Publié en : Mars 2008
Édition originale en japonais : 1993
Nombre de pages : 320
Prix : 19,30€

Dans ce roman, nous allons suivre Miki, femme célibataire de 41 ans qui vit chez sa mère avec la famille de son frère. Un jour, elle va rencontrer Akira qui vient d’emménager à côté. Le lendemain, tous les habitants du village dans lequel Miki vit vont faire des cauchemars… sauf Akira. Miki va d’ailleurs tomber sous le charme de cet homme plus jeune qu’elle suite à la séduction d’Akira. Mais le passé de Miki va resurgir, et elle va cauchemarder du bébé dont elle a accouché lorsqu’elle était encore lycéenne et qu’elle a dû tuer, un cauchemar qui va revenir toutes les nuits. Cela la hante et semble l’empêcher de suivre la route toute tracée des femmes japonaises : se marier et construire une famille.

« N’est-ce pas pareil tous les matins ? Qu’est-ce que j’ai à trembler comme ça ? C’était juste un mauvais rêve. »

En parallèle, un jour, une femme va se mettre à trembler et à baver de la mousse dans le village et un vieil homme prétend que celle-ci a été mordue par un dieu chien, une légende omniprésente à cet endroit. À partir de là, le village va basculer dans la peur et la paranoïa et va tenter de trouver un moyen de se débarrasser de ces soi-disant dieux chiens…

« Le mode de vie de Miki suivait un petit courant qui longeait le grand. Une rivière qui ne parvenait pas à rejoindre le fleuve. Miki ne pouvait rien faire d’autre que de se laisser dériver en entendant la houle du fleuve. »

Je dois dire que c’est un roman absolument fantastique ! Il est rare, je trouve, de trouver un roman qui touche de si près aux légendes et superstitions japonaises, qui sont pourtant encore bien présentes de nos jours au Japon ! La légende des Dieux chiens (Inugami, 犬神) est l’une de ces légendes très populaires originaire de l’île de Shikoku. Le roman aborde une ambiance surnaturelle très plaisante, on hésite à croire à ces dieux chiens, et puis on plonge dedans, en se laissant porter par toute cette atmosphère nippone. Comment ne pas y croire après tout, lorsque tout un village semble ne pas douter une seule seconde de leur existence ? L’écriture est également très agréable, et les pages se tournent extrêmement rapidement, on a envie de découvrir le fin mot de l’histoire.

Il s’agit d’un roman à lire absolument pour tous ceux qui s’intéressent aux légendes japonaises, et même pour ceux qui ne connaissent pas trop cet univers. Foncez dessus si vous souhaitez un roman original, mystérieux et qui touche de près à un aspect essentiel de l’imaginaire japonais !

Ma note :
8

%d blogueurs aiment cette page :