Flux RSS

Archives de Tag: roman

Futon de Katai Tayama

Publié le
Après une petite absence de deux semaines, Comaujapon est de retour ! Cette fois-ci, je vous présente Futon de Katai Tayama.

Edition lue :
Éditeur : Editions du Rocher
Publié en : Avril 2000
Publié au Japon en : 1907
Nombre de pages : 168

Futon est le roman le plus célèbre de Katai Tayama et il est ici présenté avec deux nouvelles. Dans Futon, on va suivre Tokio, qui éprouve de l’amour pour sa jeune élève Yoshiko. Il est marié et père de famille, et ses sentiments pour Yoshiko vont encore plus se développer lorsque celle-ci va vivre avec Tokio et sa femme pour pouvoir suivre la formation de son maître. Mais lorsque Yoshiko va rencontrer un garçon de son âge avec qui elle envisage une relation sérieuse, Tokio va sombrer dans une tristesse sourde.

« Les jeunes étaient toujours les mêmes, mais leur façon de définir l’amour, de parler de littérature ou de discuter de politique était radicalement différente, et il lui semblait qu’il ne pourrait les suivre éternellement. »

Je dois dire que j’ai beaucoup apprécié ce texte de Katai Tayama, un auteur que je connaissais pas. La préface est intéressante et permet d’en apprendre un peu plus sur lui et sur ses influences, celle de Maupassant notamment. Futon est un texte vraiment intéressant, puisqu’en plus des tourments de cet homme marié, on est au début du XXème siècle, dans la société japonaise qui progresse de jour en jour. Le trouble de Tokio, qui se transforme en désespoir au fur et à mesure qu’il voit la fille qu’il aime s’éloigner de lui est aussi un élément qui m’a fait beaucoup apprécier ce roman.

« Qui ne se sentirait ému de s’entendre appeler « Maître ! Maître ! », et de se voir admiré à l’égal d’un des grands de ce monde par cette ravissante élève aux façons si modernes ! »

Le roman est suivi de deux nouvelles. La première, Un soldat, nous présente, comme son nom l’indique, un soldat, blessé, qui est en route pour retrouver son régiment. J’ai beaucoup de mal avec les textes sur la guerre, donc ça n’a pas vraiment été une lecture plaisante pour moi. La seconde nouvelle, Une botte d’oignons, est aussi plutôt difficile à lire, puisqu’on suit O-saku, une jeune fille infortunée qui vit avec son oncle et qui a une vie misérable, qui ne va pas s’arranger au fil des pages…

« Il faut que les nouvelles femmes du Japon pensent et agissent par elles-mêmes. »

Un livre qui nous offre une intéressante approche de Katai Tayama, un auteur que j’ai encore plus envie de découvrir désormais.

Ma note :
Publicités

OUT de Natsuo Kirino

Publié le

Je vous présente maintenant un roman qui m’a plutôt plu, même si je ne suis pas habitué à ce genre : il s’agit d’OUT de Natsuo Kirino. C’est un thriller bien mené, qui a apparemment connu un bon succès au Japon, et qui fait pas moins de 650 pages… Mais il se lit pourtant très facilement et l’envie de tourner la page est bien présente, surtout dans la seconde partie du roman !

out

Edition lue :
Éditeur : Points
Publié en : 2007 (édition originale en japonais : 1997)
Nombre de pages : 655
Prix : 8,60€

OUT raconte l’histoire de quatre femmes qui travaillent toutes de nuit dans une entreprise de bentô : Yayoi, Masako, Yoshie et Kuniko. Elles ne sont pas vraiment heureuses d’un point de vue sentimental et familial et se sont habituées à un rythme de vie qui ne leur permet pas de s’épanouir. Leur vie va littéralement être bouleversée lorsque Yayoi, suite à une dispute avec son mari, le tue. Yayoi va appeler Masako pour qu’elle l’aide à faire disparaître le corps… Mais elle-même ne peut réaliser cette tâche seule et va impliquer ses deux autres collègues.

A partir de là, ces quatre femmes vont être liées de (trop) près à cette histoire de cadavre, qui va vite les entraîner dans des situations plus dangereuses les unes que les autres… Pourtant, ces femmes ne sont pas réellement amies, mais elles vont devoir se faire confiance si elles ne veulent pas que ce secret soit découvert. Cela pourrait s’arrêter là, mais le corps va être retrouvé et le cauchemar ne va faire que commencer pour ses femmes. Et on va découvrir que certaines sont prêtes à aller loin pour avoir de l’argent… Jusqu’à ce qu’un ancien meurtrier se retrouve mêlé à cette histoire.

Natsuo Kirino, l'auteur de OUT

Natsuo Kirino, l’auteur de OUT

Ce n’est pas très facile de résumer ce roman sans dévoiler des choses qu’il est préférable de découvrir par soi-même et de se laisser surprendre. C’est d’ailleurs là un point qui m’a fait apprécier ce roman, il a réussi à me surprendre à plusieurs endroits ! Surtout à partir de la seconde moitié du livre (la première va peut-être parfois un peu lentement et on ne sait pas trop où cela va mener), là où tout commence à s’accélérer petit à petit. Comme je l’ai dit, je n’ai pas l’habitude de lire des thrillers, mais celui-ci m’a donné envie de découvrir les romans de Natsuo Kirino, puisqu’il m’a tenu en haleine tout le long et la psychologie des différents personnages est vraiment bien développée et rend le tout très appréciable.

Un point négatif serait très certainement la traduction française ! Une traduction que je trouve très fermée sur ses termes, puisque presqu’aucun terme japonais n’apparaît et le vocabulaire français est moche et/ou inadapté. Par exemple, le mot « panier-repas » remplace le célèbre « bentô » japonais. Une fois, ça passe, mais ce terme revient une bonne cinquantaine de fois dans le roman je dirais, et ça agace. Ce n’est malheureusement qu’un exemple.

Ma note :

8

%d blogueurs aiment cette page :