Flux RSS

Archives de Tag: shikoku

Comme une feuille de thé à Shikoku de Marie-Édith Laval

Publié le

Je vais aujourd’hui vous parler d’un témoignage fort écrit par Marie-Édith Laval qui a fait le Pèlerinage de Shikoku et ses 88 temples entièrement à pied. Voici Comme une feuille de thé à Shikoku.

Edition lue :
Éditeur : Le Livre de Poche
Publié le : 15 juin 2016
Sorti en grand format le : 13 mai 2015
Nombre de pages : 320
Prix : 7,10€

On suit donc notre pèlerine sur l’île de Shikoku, qui va parcourir ce fameux chemin sacré qui va lui faire découvrir 88 temples situés dans quatre préfectures différentes. Marie-Édith va y aller sans à priori, sans avoir fait de recherche sur le Japon – mais elle a une expérience des pèlerinages, puisqu’elle a notamment fait celui de Compostelle. On va donc la suivre, elle qui, malgré la difficulté du chemin et la chaleur écrasante de l’été va toujours rester positive et voir la beauté partout sur ce chemin, qui est avant tout un voyage intérieur.

« J’évite de peu plusieurs chutes, tellement le sol est détrempé et glissant. Mon visage ruisselle de larmes et de pluie. Mon corps se ploie et souffre dans sa chair. Chaque  pas me coûte. J’accuse le coup. Nulle esquive n’est envisageable, nulle feinte n’est possible, nulle porte de sortie. »

On prend plaisir à la suivre dans cette épreuve, à la voir découvrir le Japon, sa culture et surtout ses habitants qui n’hésiteront pas à lui donner des osettai, ces cadeaux très utiles qu’ils donnent pour encourager les pèlerins, que ce soit une bouteille de thé frais, à manger ou encore un parapluie. Malgré la barrière de la langue, on voit bien à quel point les Japonais sont un peuple généreux et notre pèlerine va le découvrir à travers ces rencontres marquantes.

« Comme une feuille de thé, j’ai progressivement infusé sur ce chemin du bout du monde. Je me suis immergée dans la réalité de cette terre bordée d’eau et m’en suis laissé imprégner. »

De plus, on apprend beaucoup de choses sur ce pèlerinage consacré au moine Kûkai, sur les accessoires du pèlerins, le rite à suivre à chaque temple, et c’est un réel plaisir de lire l’émerveillement, mais aussi la philosophie, l’admiration et le respect incroyables qu’éprouve l’auteure de ce livre tout au long de ce chemin spirituel. Et pour ceux que cela aura motivé, il y a en fin de livre un annexe avec toutes les informations utiles si vous souhaitez vous aussi faire ce pèlerinage. Un ouvrage à la fois spirituel et pratique !

« Je suis partie découvrir une île, je ne savais pas que j’allais rencontrer un continent intérieur bien plus vaste que la Terre… »

Un témoignage marquant d’une courageuse pèlerine qui, au fil des semaines, a pu découvrir un Japon merveilleux à travers son paysage, sa culture et ses habitants, mais qui a, surtout, réalisé un chemin intérieur qui l’a profondément et durablement changée.

Ma note :

Les Dieux Chiens de Masako Bando

Publié le

Bonjour à tous ! En ce samedi, je vous présente un roman tout ce qu’il y a de plus japonais dans une ambiance mystérieuse : voici les Dieux chiens de Masako Bando !

les-dieux-chiens-masako-bandoÉdition lue :
Éditeur : Actes Sud
Publié en : Mars 2008
Édition originale en japonais : 1993
Nombre de pages : 320
Prix : 19,30€

Dans ce roman, nous allons suivre Miki, femme célibataire de 41 ans qui vit chez sa mère avec la famille de son frère. Un jour, elle va rencontrer Akira qui vient d’emménager à côté. Le lendemain, tous les habitants du village dans lequel Miki vit vont faire des cauchemars… sauf Akira. Miki va d’ailleurs tomber sous le charme de cet homme plus jeune qu’elle suite à la séduction d’Akira. Mais le passé de Miki va resurgir, et elle va cauchemarder du bébé dont elle a accouché lorsqu’elle était encore lycéenne et qu’elle a dû tuer, un cauchemar qui va revenir toutes les nuits. Cela la hante et semble l’empêcher de suivre la route toute tracée des femmes japonaises : se marier et construire une famille.

« N’est-ce pas pareil tous les matins ? Qu’est-ce que j’ai à trembler comme ça ? C’était juste un mauvais rêve. »

En parallèle, un jour, une femme va se mettre à trembler et à baver de la mousse dans le village et un vieil homme prétend que celle-ci a été mordue par un dieu chien, une légende omniprésente à cet endroit. À partir de là, le village va basculer dans la peur et la paranoïa et va tenter de trouver un moyen de se débarrasser de ces soi-disant dieux chiens…

« Le mode de vie de Miki suivait un petit courant qui longeait le grand. Une rivière qui ne parvenait pas à rejoindre le fleuve. Miki ne pouvait rien faire d’autre que de se laisser dériver en entendant la houle du fleuve. »

Je dois dire que c’est un roman absolument fantastique ! Il est rare, je trouve, de trouver un roman qui touche de si près aux légendes et superstitions japonaises, qui sont pourtant encore bien présentes de nos jours au Japon ! La légende des Dieux chiens (Inugami, 犬神) est l’une de ces légendes très populaires originaire de l’île de Shikoku. Le roman aborde une ambiance surnaturelle très plaisante, on hésite à croire à ces dieux chiens, et puis on plonge dedans, en se laissant porter par toute cette atmosphère nippone. Comment ne pas y croire après tout, lorsque tout un village semble ne pas douter une seule seconde de leur existence ? L’écriture est également très agréable, et les pages se tournent extrêmement rapidement, on a envie de découvrir le fin mot de l’histoire.

Il s’agit d’un roman à lire absolument pour tous ceux qui s’intéressent aux légendes japonaises, et même pour ceux qui ne connaissent pas trop cet univers. Foncez dessus si vous souhaitez un roman original, mystérieux et qui touche de près à un aspect essentiel de l’imaginaire japonais !

Ma note :
8

%d blogueurs aiment cette page :