Flux RSS

Archives de Tag: vrai-faux journal

Manuscrit zéro de Yôko Ogawa

Publié le

Poursuivons l’exploration de l’oeuvre de Yôko Ogawa avec Manuscrit zéro, un livre bien particulier qui m’a totalement séduit.

Edition lue :
Éditeur : Actes Sud
Publié en : Avril 2011
Traduction : Rose-Marie Makino-Fayolle
Publié au Japon en : 2010
Nombre de pages : 240
Prix : 21,30€

Manuscrit zéro est un livre particulier. Ce n’est pas un roman, ce n’est pas réellement un recueil de nouvelles – c’est un journal. Un journal que tient Yôko Ogawa, même s’il semble être en grande partie tout droit sorti de son imagination. Elle insère ainsi, comme elle sait si bien le faire, des éléments parfois surnaturels ou irréalistes dans ce journal de bord d’une écrivaine à la recherche de l’inspiration. On la suit ainsi durant ses journées bien particulière, où elle va manger de la mousse végétale dans une auberge, assister à des fêtes sportives d’écoles avec lesquelles elle n’a aucun lien, attendre qu’on la dénonce pour plagiat ou encore exercer son activité de « conférencière des grandes lignes ».

« Si je sais que quelque part dans le monde quelqu’un demande des grandes lignes, je ne peux pas le laisser. »

En commençant ce livre, je ne savais pas à quoi m’attendre – je pensais en fait qu’il s’agissait d’un roman. J’ai de suite adoré ce que je pensais être le premier chapitre. Et lorsque j’ai compris qu’il s’agissait en réalité d’un vrai-faux carnet de bord de Yôko Ogawa, j’en ai été plus que ravi (même si un peu déçu de ne pas pouvoir lire plus en détails cette première histoire). Et pour tout vous dire : c’est devenu mon livre préféré de cette auteure. J’ai notamment adoré lorsqu’elle nous dévoile sa passion (imaginée ou non – mais cela ne m’étonnerait pas que ce soit bien réel) pour se comporter comme la mère d’un enfant lors de plusieurs fêtes sportives auxquelles elle va… La manière dont c’est raconté, la motivation (ressentir l’ambiance de ces événéments) et la frayeur (quand des écoles contrôlent l’entrée pour ne laisser passer que les parents) qu’elle décrit sont juste génialissimes.

« Dans les fêtes sportives, au sumô des pleurs d’enfants et dans la salle des nouveau-nés, une petite cavité était réservée aux gens comme moi. »

Elle nous présente donc des éléments totalement improbables (manger de la mousse, publier un roman avant de se rendre compte que c’est la copie exacte d’un roman d’un autre auteur, avoir un employé de mairie chargé de l’amélioration de la vie qui vient la voir tous les mois, se retrouver dans un centre de soins avec des noms de bains farfelus…) dans un contexte si intime que je me suis franchement posé plusieurs fois la question de savoir si les éléments irréels étaient en fait réels. Jusqu’à me dire que pour Yôko Ogawa, ils étaient peut-être bien réels, tant son imagination semble avoir une place importante dans son quotidien. Et voilà, le résultat était vraiment passionnant pour moi et réalisé avec beaucoup de talent.

Un vrai-faux journal dont la frontière entre le réel et l’imaginaire est floue – et c’est ça qui en fait toute la force. Yôko Ogawa nous mène par le bout du nez dans l’endroit où, semble-t-il, elle trouve l’inspiration pour ses écrits. Et c’est grandiose.

Ma note :
Publicités
%d blogueurs aiment cette page :