Flux RSS

Archives de Tag: yukio mishima

Cinq nô modernes de Yukio Mishima

Publié le

C’est avec grand plaisir que j’ai relu Cinq nô modernes de mon écrivain préféré, Yukio Mishima, plusieurs années après ma première lecture pour pouvoir vous le présenter ici ! Plongeons dans ces cinq chefs-d’oeuvre du théâtre nô.


Edition lue :
Éditeur : Gallimard
Publié en : 24 janvier 1984 (1ère édition : 1970)
Publié au Japon en : 1950-1955
Nombre de pages : 176
Prix : 17,75€

C’est Marguerite Yourcenar qui a traduit ces pièces de nô, et comme elle l’explique dans le merveilleux avant-propos, tout en s’éloignant un peu du nô traditionnel, Mishima parvient tout de même à en faire ressort l’essence même, et c’est fantastique. Pas besoin d’être un expert en théâtre japonais ou en Mishima pour les lire et les apprécier. Je vais vous présenter ici mes deux pièces préférées, un choix difficile puisque toutes sont des bijoux. Ce sont la première et la dernière pièce du livre.

« C’est dans le miroir de notre laideur que nous voyons resplendir l’être aimé. »

Je commence donc par Sotoba Komachi, une pièce de Kanami Kiyotsugu remise au goût du jour par Mishima, et qui est la pièce la plus populaire parmi les cinq, puisqu’elle a été jouée un peu partout dans le monde. On est ici dans un parc et on assiste au dialogue entre une vieille femme de 99 ans, assiste sur un banc destiné aux amoureux, et un poète, qui ne comprend pas ce que fait cette femme fait ici et pourquoi elle méprise les jeunes couples. Cette femme va lui révéler que tous les hommes qui lui ont dit qu’elle était belle sont morts. Une sorte de malédiction à laquelle rit le poète, qui, la trouvant de toute façon laide, semble en sécurité. Mais en reconstituant dans ce parc une scène des 19 ans de la femme, il va la voir d’un œil entièrement différent… Une pièce simplement magique, on part d’une situation normale : une discussion dans un parc, on parle d’une malédiction qui semble absurde, on est transporté dans une autre époque via les souvenirs et la malédiction prend tout son sens.

« Quand les batailles du jour prennent fin, la guerre nocturne commence. Une lutte bien plus sauvage, bien plus effrénée. Les trompettes de la nuit qui proclament l’ouverture des hostilités sonnent en ce moment. »

Dans Hanjo, on découvre le personnage de Jitsuko, une artiste peintre d’une quarantaine d’années qui s’est éprise pour Hanako, qu’elle a accueilli chez elle et qui est une geisha qui a perdu la raison après que Yoshio, son amant avec qui elle prévoyait de se marier, soit parti. Hanako ne va vivre que pour le jour où elle reverra son fiancé, et va l’attendre. En parallèle, Jitsuko, terriblement jalouse, va redouter ce jour… qui finira bien évidemment par arriver dans la pièce. Hanjo est donc la dernière pièce de ce livre, et elle me plaît tout particulièrement, de par la symbolique qu’a su donner Mishima à cette pièce inspirée d’un nô ancien dont il a modifié le dénouement.

« Les cernes d’une femme sont bien charmants, n’est-ce pas ? Comme des nuages sous la lune. »

On connaît peu Yukio Mishima en tant que dramaturge, mais c’est pourtant un genre dans lequel il excelle. Il nous le montre ici en dépoussiérant le nô, tout en parvenant à ne pas dénaturer ce théâtre tellement japonais et à nous dévoiler une fois de plus son talent. On prend un réel plaisir à découvrir l’intrigue et à s’imprégner de cette atmosphère si particulière qui entoure ces pièces.

Ma note :

Le tour de la prison de Marguerite Yourcenar

Publié le

Je vais aujourd’hui vous présenter un livre qui m’a fasciné, écrit par l’une des plus grandes écrivaines en langue française. Parcourons ensemble Le tour de la prison de Marguerite Yourcenar.

le-tour-de-la-prison-marguerite-yourcenar

Éditeur : Gallimard (Folio)
Publié le : 23 avril 2013
Publié en grand format en : 1991
Nombre de pages : 240
Prix : 7,20€

Le tour de la prison est un recueil de notes de voyages que Marguerite Yourcenar voulait publier, mais elle n’en a malheureusement pas eu le temps, comme le montre d’ailleurs le dernier texte, inachevé. On y retrouve donc des passages sur ses voyages aux Etats-Unis, au Canada, mais surtout au Japon, qui est bien entendu la partie dont je vais vous parler ici, qui est d’ailleurs la plus importante (elle représente environ les trois quarts du livre).

« Quand on lit Bashô, on est frappé de voir combien les saisons, si attentivement suivies dans leur cycle, sont ressenties par les inconvénients et les malaises qu’elles apportent autant que par l’extase des yeux et de l’esprit que dispense leur beauté. »

On m’a offert ce livre avant mon départ au Japon, en me disant qu’avec ça, je n’avais plus besoin de partir. N’y croyant pas vraiment, je réalise maintenant à quel point j’avais tort. J’ai été simplement fasciné et grandement intéressé par ce livre. Marguerite Yourcenar nous parle du Japon d’une façon tellement passionnée, de façon tellement intelligente, de façon tellement belle, qu’on ne peut qu’être touché et être transporté avec elle. Sans parler de son écriture, qui est un pur régal. Le premier texte nous met déjà dans de bonnes conditions puisqu’elle y évoque Bashô, et notamment la fin de sa vie. À partir de là, on va passer par le Canada et les Etats-Unis, avant de revenir au Japon et de découvrir des aspects incroyables de ce pays à travers les yeux de Marguerite Yourcenar.

« Dans nos vies, bonheur et malheur sont séparés l’un de l’autre par des creux ou des pans d’ombre ; le kabuki les fait suivre comme la nuit et le jour dans les pays sans crépuscule. »

Elle y parle d’énormément de choses : une description absolument fabuleuse du Tokyo de l’époque, la légende des quarante-sept rônins, le mariage japonais, le goût des Japonais pour les carpes, et deux choses qu’elle développe et qui m’ont ébloui. La première, c’est Yukio Mishima. Marguerite Yourcenar est en effet une spécialiste de cet auteur que j’admire (elle y a notamment consacré un livre, Mishima ou la vision du vide, vous pouvez voir une interview sur cet ouvrage ici, et a traduit quelques uns de ses textes) et il apparaît ici par petites touches tout au long du livre jusqu’à la visite de la maison où Mishima a vécu dans laquelle elle trouve une édition anglaise d’un de ses romans, Mémoires d’Hadrien. La deuxième chose qu’elle développe, c’est le théâtre. Le nô, le bunraku, mais surtout le kabuki. On a là un des plus beaux textes que j’ai lus sur ce sujet, un texte vivant, animé, et, surtout, qui vient du cœur. Magique.

« Le kabuki regorge de splendeurs, mais l’image la plus saisissante qui surnage est peut-être celle de ces figures tout en noir, impersonnelles et agissantes, qui au moment voulu apportent aux personnages les accessoires de leur rôle, et les leur reprennent à l’instant où ils ne s’en servent plus. »

Un livre tout simplement incroyable, qui a réussi à me montrer des aspects du Japon que j’ignorais, dont j’ignorais la beauté. Des textes à la fois captivants, magnifiques, intéressants, bref, en un mot : passionnants. À lire absolument.

Ma note :
9

L’école de la chair de Yukio Mishima

Publié le

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, je vais vous présenter L’école de la chair, un roman de mon auteur japonais préféré : Yukio Mishima ! Plongeons ensemble dans cette lecture charnelle.

yukio-mishima-ecole-de-la-chair

Edition lue :
Éditeur : Gallimard (Folio)
Publié le : 23 mars 1995
Publié au Japon en : 1963
Nombre de pages : 288
Prix : 8,20€

L’action de l’école de la chair se déroule dans les années 1960, quelques années après la défaite du Japon. Dans ce roman, on va suivre principalement Taeko Asano, 39 ans, une femme divorcée, riche, libérée et indépendante, comme son groupe d’amies. Avec celles-ci, elle va se rendre dans un bar pour homosexuels et va tomber sous le charme du barman, Senkichi, 21 ans, qui est aussi gigolo. Elle va l’aimer passionnément, ils vont entretenir une relation ensemble pour le moins étrange : elle, va tenter de rentrer dans son monde, de faire des efforts pour ne pas être jalouse, d’essayer de lui laisser de la liberté, et lui, va simplement vivre, sans réellement lui porter un amour ni un respect incroyables. Ils sont mal assortis, il ne prend pas toujours soin de son apparence, il a des loisirs opposés à ceux de Taeko, mais, pourtant, ils vont partager un bout de chemin ensemble dans cette société qui semble s’être perdue avec l’évolution de ses mœurs.

« Pour Taeko, le sourire hautain des femmes occidentales, qu’elle était pratiquement une des seules au Japon à pouvoir si bien imiter, n’avait plus de secret. »

Je vais commencer par préciser que Yukio Mishima est mon auteur préféré. J’en ai parlé quelques fois sur ce blog, mais je n’ai pas parlé de toutes mes lectures de cet auteur, parce que justement, j’ai du mal à en parler (comme pour Le Pavillon d’or qui est un chef-d’oeuvre et qui n’est pas sur mon blog). Ici encore, Mishima nous propose un roman fort et intéressant, pour plusieurs points. On assiste en effet à une réelle émancipation des femmes dans cette société d’après-guerre, le trio d’amies est composé de femmes qui travaillent dur et qui sont entièrement indépendantes. Elles s’habillent avec des marques venues de l’Occident, sont libérées financièrement et sexuellement. C’est une partie de l’histoire du Japon et de cette frange de la société très intéressante tant elle contraste avec la société japonaise traditionnelle.

« Sur la toile de fond de ces néons, dans la musique des haut-parleurs et le klaxon des voitures, il y avait un pachinko lumineux, où un jeune garçon, seul et beau, était entièrement absorbé par une machine insensée. »

Cette société a aussi dû s’ouvrir aux étrangers et ceux-ci sont omniprésents dans ce roman, en arrière-plan de nombreuses scènes. Ces étrangers exercent tantôt une attraction folle et tantôt un mépris non caché. Et tout cela fait en fait partie des thèmes chers à Yukio Mishima, et sa plume est ici encore très plaisante et le roman se lit étonnement tout seul (contrairement à d’autres un peu plus complexes à lire qu’il a pu faire). On a notamment cette scène fantastique, totalement mishimesque lorsque le couple est à l’auberge et que Taeko pense au bonheur que cela serait s’ils se donnaient la mort ensemble à ce moment-là ! C’est tout lui, et cette folle histoire d’amour – ou de passion – est intelligente et parvient à surprendre, on est derrière Taeko qui va absolument être prête à tout pour ne pas perdre ce jeune homme qui lui fait tourner la tête.

Un roman de Mishima dans lequel il parle de l’amour, mais aussi, et surtout, de la société japonaise des années 1960. Il décrit avec précision, avec humour parfois, et toujours avec sa vision si particulière qu’il a de son pays, ces femmes indépendantes et leur passion pour tout ce qui sort du lot et qui ne leur ôtera pas leur liberté.

Ma note :
8

Samouraïs : 10 destins incroyables de Julien Peltier

Publié le

Partons au combat aujourd’hui avec les destins incroyables de 10 samouraïs, compilés par Julien Peltier, un historien spécialiste du Japon ! Mettez votre armure et on est parti !

samourais-10-destins-incroyables-julien-peltierEdition lue :
Éditeur : Editions Prisma
Publié le : 7 avril 2016
Nombre de pages : 240
Prix : 17,95€

Le but de ce livre est de nous présenter dix samouraïs, dont la plupart des noms nous sont familiers, et de ne pas s’arrêter aux mythes qui les entourent, mais de justement casser un peu cette coquille pour faire apparaître des éléments plus plausibles que ce que racontent certaines légendes… On a donc dix chapitres, tous construits de la même façon : un extrait d’un combat, une courte biographie et enfin des éléments plus contemporains sur ces samouraïs comme leur représentation dans des films ou des mangas… C’est malheureusement un peu court pour qu’on puisse apprendre beaucoup de choses, mais ça donne un très bon aperçu du profil de ces hommes (et de cette femme !) qui ont combattu jusqu’à la mort (ou qui du moins se la sont données).

« Entre chien et loup, dans la pénombre mauve du jour naissant, le jeune guerrier en armure étincelante guide prudemment sa monture sur un sentier de chèvres. »

J’ai noté quelques samouraïs qui m’ont marqué, dont les noms m’étaient familiers mais que je ne connaissais pas plus que ça. On croise donc dans ce livre Tomoe Gozen, une des seules femmes samouraïs dont on parle abondamment dans l’histoire japonaise, et qui valaient « mille hommes », mais aussi Kusunoki Masashige, dont les dernières paroles ont inspiré mon écrivain préféré, Yukio Mishima, qui les a inscrites sur son bandeau le jour de son suicide, Miyamoto Musashi, qui est connu pour avoir gagné pas moins de 60 duels sans jamais avoir perdu (alors que la réalité est différente) et qui a été plus récemment rendu populaire par Eiji Yoshikawa dans les années 1930, ou encore Saigô Takamori, le fameux dernier samouraï.

« Les grondements du tonnerre résonnent au fond de la combe d’Okehazama. Une goutte, puis deux, et voici qu’une pluie diluvienne martèle soudain le sol assoiffé par le chaud soleil de juin, douchant les guerriers Imagawa qui cuvent leur veillée passée à célébrer une victoire prochaine. »

C’est un livre qui permet d’en apprendre un peu plus sur des noms qu’on connait pour la plupart. Neuf hommes, une femme, et autant de destins fascinants qui m’ont donné envie d’approfondir le sujet ! 

Ma note :
7

La nostalgie heureuse d’Amélie Nothomb

Publié le
Aujourd’hui un roman japonais par une auteure belge que vous devez certainement tous connaître : Amélie Nothomb ! Elle fait partie de ces écrivains que j’adore et j’admire – plus particulièrement pour ses romans sur le Japon. Si vous l’ignoriez, Amélie Nothomb est née au Japon et a passé sa petite enfance dans ce pays. Elle y retournera plus tard pour travailler et y rencontrera l’amour, en 1989-1991, puis elle rentra, pour y faire un autre voyage en 1996. En 2012, à l’occasion d’un documentaire elle y retournera – et relatera son voyage dans le roman dont je vais vous parler maintenant : La nostalgie heureuse.
nostalgie-heureuse-nothombEdition lue :
Éditeur : Albin Michel
Publié en : 2013
Nombre de pages : 162
Prix : 16,50€

(existe aussi en Livre de poche à 6,10€)

Tout d’abord, je vous conseille fortement de regarder le reportage « Une vie entre deux eaux » (lien ici), qui raconte ce voyage et qui permet de rentrer plus profondément dans le roman. J’ai lu sur Internet des critiques de personnes étant passées à côté de ce roman, et c’est bien dommage. Sans le documentaire, il peut être difficile de voir le fil conducteur du roman et de comprendre la raison qui l’a poussée à l’écrire. Il dure moins d’une heure et c’est un très beau reportage.

On suit donc Amélie Nothomb et ses retrouvailles avec son pays, avec des éléments marquants : elle retourne là où se trouvait sa maison qui a depuis été détruite par le tremblement de terre de Kôbe en 1995, elle retrouve son école maternelle de laquelle elle s’échappait par la fenêtre des toilettes (et dont une photo de classe prouve que oui, comme elle peut en douter parfois, elle a bien fréquenté cette école maternelle japonaise où les autres enfants l’avaient déshabillée pour voir si elle était « blanche partout »), mais elle retrouve aussi deux personnes ayant une grande importance dans sa vie : sa nounou, Nishio-san, ayant aujourd’hui près de 80 ans et dont les retrouvailles s’avèrent être chargées en émotions (on peut s’en rendre compte dans le documentaire également, très touchant), ainsi que Rinri, son charmant petit-ami qu’elle évoquait dans son roman Ni d’Ève ni d’Adam, retrouvailles se passant hors caméra. Elle va aussi passer par un lieu dévasté à Fukushima, par les célèbres quartiers de Tokyo, Harajuku et Shibuya, ainsi que par le Pavillon d’or, magnifique temple de Kyoto dont l’incendie a été romancé par Yukio Mishima.

« Nous ne somme pas victimes du syndrome de Stendhal mais de ce que l’on pourrait appeler le syndrome de Mishima : si nous étions restés à Kyoto un jour de plus, nous aurions probablement incendié le Pavillon d’or. »

En bref, il s’agit d’un roman ultra personnel. Amélie Nothomb se dévoile comme rarement elle s’est dévoilée, et elle nous invite à la suivre dans ce voyage, aussi bien devant la caméra qu’hors caméra. La caméra est d’ailleurs une gêne pour Amélie Nothomb, on lui demande parfois de mettre des mots sur ce qu’elle ressent, alors que ce qu’elle ressent est simplement « indicible » (mot emprunté à Rinri, qui l’utilise avec justesse). J’ai beaucoup aimé le documentaire que j’ai trouvé très beau et très touchant, mais ce roman le complète et le rend encore meilleur. Un moment de lecture très agréable – on est touché, encore plus lorsqu’on a vu le documentaire et qu’on connaît Amélie Nothomb. Elle revient en effet sur ses premières années au Japon, sur ses déboires professionnels et son amour avec ce pays – et avec Rinri. Le tout en ressentant cette « nostalgie heureuse », terme typiquement japonais traduit de « natsukashii » (懐かしい), chez nous, la nostalgie nous rendant par nature triste.

Je finis avec un passage qui m’a beaucoup parlé et marqué, lorsqu’Amélie traverse le carrefour de Shibuya, connu comme le plus grand carrefour du monde que traversent une centaine de milliers de japonais chaque jour. Il s’agit d’une sensation que j’ai moi-même expérimentée, et que je pense, tous ceux qui ont traversé ce carrefour ont dû ressentir :

« Je plonge dans la foule. Tout ce qui la traverse me traverse. (…) Je voudrais que cela ne s’arrête pas. Je suis une aspirine effervescente qui se dissout dans Tokyo. »

Ma note :
9

Je suis un écrivain japonais de Dany Laferrière

Publié le

Aujourd’hui, je vais vous parler du roman d’un écrivain haïtien et québecois (et japonais pour l’occasion !) : j’ai nommé Je suis un écrivain japonais de Dany Laferrière ! Préparez-vous pour un roman pour le moins original…

je-suis-un-ecrivain-japonais-dany-laferriere
Édition lue :

Éditeur : Grasset
Publié en : 2008
Nombre de pages : 262
Prix : 18,20€
Existe aussi : Format poche à 6,10€

Le narrateur de ce roman quelque peu loufoque est un écrivain vivant à Montréal. Lorsque son éditeur lui demande le titre de son prochain roman, il va, lui qui adore les titres, en trouver un pour le moins original : « Je suis un écrivain japonais ». C’est là que tout commence. On va donc suivre cet étrange écrivain, adorateur de Basho, qui va se confronter au Japon à sa façon, c’est-à-dire en côtoyant un groupe de jeunes Japonais vivant à Montréal tournant autour de Midori, chanteuse quelque peu grunge, une sorte de Björk nippone. Mais cet écrivain auto-proclamé japonais va également être confronté de force à ce pays qu’il ne cherche pourtant pas à connaître réellement (il se contente des clichés qu’on sert à toutes les sauces), le jour où le consulat va l’appeler. Des Japonais y travaillant vont en effet demander à le rencontrer et sont intrigués par ce roman – et ils ont déjà commencé à en parler au Japon. Cela a fait l’effet d’une bombe au Japon et son roman fait beaucoup parler. Roman qui n’existe pourtant pas encore…

« Je suis en train de suivre les péripéties de Basho à la recherche de la barrière de Shirakawa dans un métro en mouvement à Montréal. Tout bouge. Sauf le temps qui reste immobile. »

C’est un roman qui m’a laissé perplexe. Un point positif est qu’il se lit très bien et qu’il est vraiment drôle par endroit. J’aime notamment le fait que les auteurs japonais sont omniprésents dans ce roman. Le narrateur est en effet un adorateur de Basho, qu’il évoque et cite très souvent (presque dans chaque chapitre) – et c’est un vrai bonheur. Un passage m’a notamment beaucoup plu : le narrateur est dans un « restaurant minable » de Montréal, et il lit Basho et le cite. On assiste là à un réel décalage entre le monde décrit par Basho et la réalité sale du restaurant, et c’est vraiment très plaisant à lire. À côté de Basho, il nous parle également de Yukio Mishima, qu’il avait découvert quand il était ado, et l’auteur a utilisé un grand nombre de noms d’écrivains japonais  pour ses personnages : Yukio Mishima bien sûr, Junichiro Tanizaki, Haruki Murakami, Murasaki Shikibu ou encore Osamu Dazai…

« Le problème d’identité de l’étranger c’est qu’on lui refuse le droit d’être autre chose que du folklore. »

D’autres passages m’ont également paru intéressants, comme par exemple lorsqu’il tente d’expliquer (par l’humour, comme souvent) la place du silence dans la conversation avec des Japonais, ou lorsque le racisme est évoqué (des Japonais qui se disent choqués lorsqu’ils entendent parler de cette écrivain noir se disant « japonais »). La question de l’identité est également soulevée, qui permet de se questionner sur qu’est-ce que l’identité au juste, et qu’est-ce qui fait qu’un écrivain soit considéré comme japonais ou non. L’humour est un autre point fort de ce roman, l’auteur va jusqu’au bout dans son idée, ne craignant pas l’exagération, lorsque par exemple des Japonais viennent chez lui pour faire un reportage sur ce mystérieux écrivain et sur son roman (qui n’existe pas !) qui fait un buzz considérable au Japon… Cela donne des scènes vraiment loufoques et qui font que ce roman m’a globalement plu !

« Je suis célèbre au Japon pour un livre que je n’ai pas écrit. »

Pourtant, quelques points négatifs sont à souligner dans ce roman. Le premier est peut-être personnel, puisque l’auteur a souhaité faire de son personnage un je-m’en-foutiste royal, qui va assumer ne rien savoir du Japon et qui va assumer se contenter des clichés qu’on peut entendre sur le Japon. Passons. Le plus gros souci pour moi, c’était que, même si la trame principale me plaisait énormément, il y a à côté un grand nombre de chapitres dont je ne comprenais pas du tout l’utilité. Ils étaient là, mais ne servaient en rien l’histoire, voire s’en éloignaient. Toute la partie avec le groupe de jeunes et cette Midori m’a en fait déplu. C’est dommage parce que ça occupe une bonne partie du roman au final. Le passage sur la comparaison de cette fille avec Björk était par exemple totalement inintéressant à mon sens. Et je me suis fait la réflexion pour plusieurs petites scènes hélas… Mais soit ! Je changeais de page et je pouvais retrouver ce qui me plaisait.

En résumé, l’idée de base du roman est très originale et elle est parfois bien menée, grâce au sens de l’humour indéniable de l’auteur ! En revanche, certains passages m’ont semblé brouillons et j’avais beaucoup de mal à voir leur intérêt, et ce point m’a fait ne pas apprécier totalement ma lecture… qui reste tout de même globalement positive.

Ma note :
7

Une nuit au mont Fuji d’Aurélie Conti

Publié le

Je vous propose aujourd’hui un roman qui vous fera voyager au Japon à coup sûr : il s’agit d’Une nuit au mont Fuji, le premier roman d’Aurélie Conti, écrit à la suite de son voyage au Pays du Soleil Levant en 2013. Votre valise est prête ? On décolle !

une-nuit-au-mont-fuji-aurelie-contiÉdition lue :
Version numérique : cliquez ici pour lire un extrait et l’acheter
Publié le : 27 décembre 2015
Nombre de pages : 91
Prix : 2,99€

« Le Mont Fuji, une montagne magique, écrêtée d’un coup de sabre par un samouraï en colère. »

Nous suivons une jeune femme, trentenaire, qui se décide à partir au Japon après en avoir rêvé pendant des années. Seule ? Oui, seule, pour pouvoir profiter pleinement de son voyage et à son propre rythme. Celle-ci va dès le départ se rendre compte de l’hospitalité et du sens du service des Japonais, toujours prêts à aider les touristes égarés, quitte à se mettre en retard. Après être arrivée à son hôtel, on suit notre narratrice dans Akihabara, qui va s’émerveiller dans ce quartier technologique, et qui va surtout flâner dans les rayons de ces grands magasins de l’électronique qui peuvent nous faire perdre la tête lorsque l’on y entre pour la première fois… Cinq jours de découverte de Tokyo et de ses alentours, comme Kamakura où se trouve un Bouddha géant et où elle sera accompagné par un mystérieux Japonais, avant de partir là où le titre nous emmène : au Mont Fuji, pour une ascension difficile, durant laquelle la narratrice connaîtra le doute, le regret, l’envie d’abandonner – mais qui éprouvera une grande fierté lorsqu’elle sera au sommet et pourra admirer ce que le Japon a de plus beau à lui offrir.

« La beauté lave de tout. Cet or naissant qui éclaire le monde efface bêtise, laideur et violence. En haut du mont Fuji brille l’espérance, plus forte que tout. »

 

Pour se ressourcer après cette épreuve, elle découvrira à Hakone les onsens, ces bains chauds japonais où aucun vêtement n’est autorisé, puis Kyoto et ses temples, Nara, avant d’être happée par le tourbillon d’Osaka. Tout en évoquant Yukio Mishima à quelques reprises, pour mon plus grand plaisir.

Le tout est décrit de façon très juste et belle, une écriture de qualité qui nous permet de nous évader très facilement dans une douce mélodie. Il y a de plus des éléments qu’ont connu tous ceux qui sont déjà partis au Japon, des situations qu’ils ont forcément dû vivre, tout comme moi, qui fait sourire et nous fait en même temps voguer nostalgiquement dans nos souvenirs. Comme je me souviens si bien du zoo d’Ueno et de ses pandas qui étaient l’attraction principale mais qui nous tournaient le dos, des daims nous suivant de près pour croquer tout papier qu’on laisserait dépasser d’une poche ou d’un sac, de l’étourdissement en sortant du onsen bien plus chaud que mon corps ne pouvait le supporter, ou encore des distributeurs ne permettant pas de retirer d’argent malgré notre carte de crédit censée être internationale !

Il s’agit, en résumé, d’un très beau récit de voyage que je conseillerai à tout le monde. À ceux qui sont déjà partis au Japon – cela leur permettra de repenser à leur séjour et à reconnaître des paysages et des situations. Mais aussi à ceux qui ne sont pas encore partis – grâce à l’écriture raffinée et les justes précisions, ce roman vous permettra vous aussi de découvrir cet étonnant pays qu’est le Japon et de vous balader dans les rues de Tokyo, Kyoto ou Osaka, ou de gravir le Mont Fuji pour les plus aventureux d’entre vous !

Ma note :
8

La mort de Radiguet de Yukio Mishima

Publié le

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une nouvelle absolument fantastique – même si je ne suis pas certain de faire preuve d’une grande objectivité. Il fallait bien entendu que je fasse un article sur une œuvre de Mishima, puisque celui-ci s’est donné la mort par seppuku il y a 45 ans quasiment jour pour jour (le 25 novembre 1970). L’œuvre est question est La Mort de Radiguet (ラディゲの死) de Yukio Mishima. Il s’agit d’une très intéressante édition bilingue, offerte à l’occasion du Salon du Livre de 2012. N’ayant pas pu être présent à ce Salon, j’ai dû me la procurer sur Internet, puisque celle-ci concerne deux de mes auteurs préférés : Yukio Mishima et Raymond Radiguet.

la mort de radiguet

Edition lue :
Éditeur : Gallimard (Du monde entier)
Publié en : 2012 (édition originale en japonais : 1953)
Nombre de pages : 35
Prix : Hors commerce

Un peu de contexte tout d’abord !
Yukio Mishima est un auteur japonais dont j’ai déjà parlé à deux reprises sur le blog (pour La mort en été et Confession d’un masque) et c’est sans aucun doute mon écrivain préféré. Alors lorsque j’ai appris que Mishima avait écrit une nouvelle sur les derniers jours de Radiguet, qui est donc un autre écrivain que j’admire, mon excitation fut incommensurable.

« Mais qui est donc ce fameux Raymond Radiguet ? » doivent se demander certains d’entre vous. Et bien Raymond Radiguet est un jeune écrivain français décédé à l’âge de 20 ans en 1923, très proche ami (si ce n’est plus) de Jean Cocteau. Il a notamment écrit de la poésie et du théâtre, mais c’est son premier roman qui m’a particulièrement plu, Le Diable au corps. Et figurez-vous que Mishima fut l’un de ses adorateurs.

Alors que dire de cette nouvelle ?
Et bien, je pense qu’elle vous plaira bien plus si vous êtes déjà familier à Radiguet et à son œuvre, mais la plume de Mishima rend ce texte très intéressant et plaisant même pour ceux qui n’ont pas d’intérêt pour Radiguet. En effet, il a déjà été prouvé que Mishima excellait dans l’art de la nouvelle – et c’est encore une fois confirmé. En quelques pages à peine, Mishima parvient à décrire la relation que Radiguet semblait avoir avec Cocteau, dans une très belle langue, comme à son habitude. Radiguet a eu une courte vie et la mort l’a frappé brusquement – sans grande surprise pourtant. Mishima a, selon moi, réussi à saisir la brièveté mais aussi la folie de cette vie, courte mais riche, et dépeint ici une relation très forte entre deux artistes talentueux. Cela nous permet d’avoir un regard différent d’eux, un regard sorti de leurs œuvres, mais tourné vers les hommes.

« C’était une vie effrayante, dont le rythme nous faisait basculer vers la catastrophe. Oui, une vie effrayante ! Mais comment aurions-nous pu vivre autrement ? »

Ma note :

9

Confession d’un masque de Yukio Mishima

Publié le

Je vais vous parler d’un roman que j’ai lu récemment : Confession d’un masque (Kamen no Kokuhaku, 仮面の告白) d’un auteur dont j’ai déjà parlé ici et que j’aime beaucoup : Yukio Mishima.

Mishima

Edition lue :
Éditeur : Gallimard (folio)
Publié en : 1983 (édition originale en japonais : 1949)
Nombre de pages : 254
Prix : 8,00€

Ce roman a une différence majeure avec la plupart des autres qu’a pu écrire Mishima, puisqu’il est tiré de sa propre vie.
Tout d’abord, je dois dire que j’ai rarement vu un roman avec un titre aussi représentatif de son contenu. Mishima nous parle ici de son enfance et de son adolescence, avec une petite particularité, puisqu’il nous raconte la découverte de son homosexualité, et la volonté de refuser cette part de lui-même, de « faire comme si » en permanence, et donc de porter un masque en présence des autres.

La partie « Confession » du titre n’est de plus pas en reste, et je dois même dire qu’il faut avoir des tripes pour écrire ce roman et le publier, puisque Mishima nous dit absolument tout, sans honte (ou pourrait-on le croire), nous dévoile son intimité sans aucun détour. Je dois dire qu’on voit ici un côté qui me fait beaucoup apprécier Mishima, en plus de son écriture si particulière et agréable, il ne se limite pas à décrire la surface des choses, mais va en profondeur.

On suit donc le jeune Yukio Mishima, un enfant fragile, souvent malade, pendant la Seconde Guerre Mondiale, découvrant ses premiers désirs : notamment celui de faire mourir, de voir du sang, sur des corps d’hommes virils. C’est pour cela que la mort revient également souvent dans ce roman, faisant écho à la Guerre qui est en train de se dérouler et au cours de laquelle Yukio Mishima aurait aimé être appelé et y mourir (une maladie l’empêcha d’y participer).

Saint Sébastien de Guido Reni, image de fantasme à plusieurs niveaux pour Mishima adolescent

Saint Sébastien de Guido Reni, fascination à plusieurs niveaux pour Mishima adolescent

Mishima va prendre conscience que ses désirs ne sont pas « normaux », surtout à cette époque-là, mais va néanmoins tomber amoureux de la soeur d’un de ses amis, Sonoko. Même si parfois cet amour est décrit comme un grand amour qui pourrait déboucher sur une famille, Mishima intervient parfois lors de la narration pour rappeler que c’est bel et bien de l’amour qu’il éprouve pour cette fille ; mais aucun désir, celui-ci n’étant ressenti qu’avec les hommes. Mishima va pousser sa réflexion sur cette dualité à laquelle il sait qu’il va être confronté toute sa vie.

C’est au final un roman que j’ai beaucoup apprécié lire et qui nous plonge dans des thèmes qui vont amener une réflexion de Mishima sur sa propre enfance et adolescence qui pourraient se définir par l’Amour, la Guerre, le Désir, la Mort – des thèmes encore plus liés qu’on pourrait le penser.

Je termine sur une citation, au moment où Mishima apprend que la Guerre va prendre fin, qu’il n’y mourra donc pas, et qu’il va devoir enlever son masque, puisque, l’épée de Damoclès qu’était la Guerre ayant disparue, la « vie normale » va commencer :

« Je pris le papier, mais avant même d’avoir eu le temps de le lire, j’avais déjà compris la réalité de ces nouvelles. Ce n’était pas la réalité de la défaite. Au lieu de cela, pour moi -pour moi seul- cela signifiait que des jours terribles commençaient. Cela signifiait que désormais, que je le voulusse ou non et en dépit de tout ce qui m’avait leurré et fait croire qu’un tel jour ne viendrait jamais, dès le lendemain il me faudrait commencer à mener la « vie quotidienne » d’un membre de la société humaine. Comme ces seuls mots me faisaient trembler ! »

 Ma note :
8

La Mort en été de Yukio Mishima

Publié le

Je vais vous parler d’un recueil de nouvelles absolument fantastique : j’ai nommé La Mort en été du très grand Yukio Mishima. Ce recueil contient pas moins de 10 nouvelles, aucune n’étant de trop, un recueil magistralement mené. Je vais ici détailler mon avis sur les nouvelles qui m’ont le plus marqué.

La Mort en été de Yukio Mishima

Edition lue :
Éditeur : Gallimard (folio)
Publié en : 1988 (édition originale en japonais : 1953-1966)
Nombre de pages : 320
Prix : 8,00€

Le recueil s’ouvre sur la nouvelle La Mort en été, une nouvelle particulièrement bouleversante. Comme son titre l’indique, la mort est très présente là où on ne l’attend pas forcément, sur une plage, un petit coin paisible où une famille est venue passer ses vacances. Le drame est décrit au début de la nouvelle, la suite laissant place à la tentative d’une mère de surmonter la perte de ceux qui lui étaient les plus chers. Entre volonté d’oublier, folie naissante et souvenirs persistants, la plume de Mishima est d’une force incroyable.

La deuxième nouvelle dont je vais vous parler est Les Sept Ponts. Ici, on entre dans l’un des domaines de prédilection de Mishima, à savoir la puissance de la culture japonaise, de ses rites et de tout ce qui rend ce pays si particulier. Il est question ici de geishas, qui vont devoir traverser sept ponts, en silence, si elles souhaitent que leur voeu se réalise. Une description particulièrement bien réalisée des geishas, pour une nouvelle à la fois très jolie, quelque fois amusante, et joyeusement cruelle à la fin. La fin m’a beaucoup plu !

Des geishas traversant un pont, toute l’intrigue de la nouvelle « Les Sept Ponts »

Nous trouvons ensuite la sublime nouvelle Patriotisme, encore une fois sur un thème particulièrement japonais : pendant ces quelques pages, un lieutenant se prépare à exécuter le suicide rituel, le seppuku (ou harakiri), avec sa femme pour échapper au déshonneur. C’est sans aucun doute la nouvelle la plus forte dans tous les sens du terme. La précision de la préparation, le calme gardé par le couple qui va se donner la mort, puis la description tout aussi détaillée du moment fatidique en font pour le moment ma nouvelle préférée de toute l’oeuvre de Mishima. Un très beau moment de littérature et d’esprit japonais.

Je finis sur Onnagata, une très jolie nouvelle ayant pour thème la Beauté, thème récurrent dans l’oeuvre de Mishima, et plus particulièrement la Beauté d’un Onnagata, un acteur de théâtre japonais ne jouant que des rôles féminins. On pénètre une fois encore dans le magnifique Japon traditionnel. La description de cet Onnagata est faite à travers le regard d’un homme, qui reste ébahi devant tant de beauté et de féminité, tant sur scène qu’en dehors. Une nouvelle qui fait également écho à la vie de Mishima, qui aurait eu une relation avec Akihiro Miwa, acteur Onnagata.

Un exemple d’Onnagata (acteur masculin jouant des rôles féminins) avec le jeune acteur Taichi Saotome

J’ai donc choisi ces quatre nouvelles que je trouve particulièrement fortes et touchantes, parfois dures. Mais tout le recueil vaut vraiment le coup d’oeil, surtout si vous souhaitez vous initier à Yukio Mishima, je pense que c’est un bon début. A noter que la plupart des nouvelles sont typiquement japonaises, à savoir que la fin reste dans le non-dit, dans l’implicite. Mishima nous laisse même parfois interpréter nous même une fin, comme dans la nouvelle Trois Millions de Yens par exemple, où l’on peut se douter de ce qu’il va se passer, sans en être totalement sûr cependant…

Ma note :
9

 

%d blogueurs aiment cette page :